Tout sur YPG

A la faveur d'accords séparés avec Washington et Moscou mettant fin à son offensive en Syrie, la Turquie a obtenu satisfaction sur sa principale revendication: éloigner les forces kurdes syriennes de sa frontière. Mais ces accords, et le désengagement militaire américain, profitent surtout à la Russie, plus que jamais en position de force pour imposer un règlement largement à l'avantage du régime de Bachar al-Assad.

La Turquie a annoncé mardi soir qu'elle ne reprendrait pas son offensive militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie car ces dernières se sont retirées des zones frontalières, conformément à l'accord arraché il y a cinq jours par le vice-président américain Mike Pence.

Un désastre humanitaire est en train de se perpétrer, à l'encontre de centaines de milliers de civils, dans le nord-est de la Syrie, où la Turquie vient d'enclencher une offensive militaire, ce 9 octobre 2019, à l'encontre des Kurdes, sous prétexte que sa principale force armée, l'YPG, serait une organisation terroriste mettant en péril, par ses revendications d'indépendance, l'intégrité territoriale de l'Etat turc.

Au moins neuf civils, dont une responsable d'un parti politique, ont été "exécutés" samedi en Syrie par les supplétifs syriens qui participent à l'offensive déclenchée par Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de ce pays en guerre, a annoncé une ONG.

Premières salves de bombardements et premières victimes: la Turquie a lancé mercredi, comme elle s'y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, alliées des Occidentaux dans la lutte antijihadistes, faisant fi des mises en garde internationales.

Le ministère turc de la Défense a annoncé mardi avoir achevé les préparatifs en vue de lancer une opération militaire contre une milice kurde dans le nord de la Syrie, sur fond de confusion à Washington quant à un éventuel feu vert de Donald Trump à une telle incursion. "Tous les préparatifs en vue d'une opération ont été achevés", a indiqué le ministère sur son compte Twitter.