Tout sur Wilfried Martens

En octobre 1990, Baudouin presse le gouvernement belge d'intervenir militairement à Kigali pour secourir le régime d'Habyarimana. Eclairage sur l'influence politique du roi, qui appréciait un président rwandais d'apparence si pieuse lors de ses visites à Laeken.

Angela Merkel et Vladimir Poutine sont en passe de décrocher, ou l'ont déjà fait, un quatrième mandat à la tête du pays. Notre pays a son équivalent : à l'époque, Wilfried Martens a dirigé près de neuf gouvernements belges en douze ans. Pourtant, malgré des durées de mandats quasiment similaires pour ces chefs d'état, nous voyons souvent la Russie comme une autocratie déguisée et la Belgique et l'Allemagne comme des démocraties avouées. Pourquoi ce deux poids deux mesures ?

Il y a 38 ans, l'echec du Pacte d'Egmont n'aura pas uniquement provoqué la démission du Premier ministre de l'époque, Leo Tindemans. Les conséquences furent bien plus vastes : la séparation du PS en deux, la radicalisation du Mouvement flamand, avec l'émergence du Vlaams Blok, ainsi que le début d'une "guerre froide" entre Tindemans et Martens, au sein du CVP.