Tout sur Wiels

Au Wiels, à Bruxelles, Wolfgang Tillmans a les honneurs d'une première exposition monographique en Belgique. L'occasion de revenir sur trente années d'une pratique sondant les détours et les impasses du visible.

La polémique autour des fréquentations passées du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a alimenté les émissions politiques du week-end. Sur les ondes de "La Première", le président du cdH, Benoît Lutgen, a estimé que le cordon sanitaire avait été rompu. Son collègue du PS, Elio Di Rupo, a évoqué un comportement indigne d'un ministre fédéral.

La demande du président des FDF Olivier Maingain que les partis francophones ne s'associent en aucun cas avec la N-VA après les élections de 2014 a été rejetée par ces derniers, qui refusent de la sorte d'établir autour du parti de Bart De Wever un cordon sanitaire tel qu'il en existe à l'égard du Vlaams Belang, rapporte mardi Le Soir.

Le cordon sanitaire autour du Vlaams Belang a été rompu mercredi soir lors de la désignation des échevins à Denderleeuw, cela dès le premier vote pour la désignation du président du conseil communal. Le N-VA Geert Van Cauter a obtenu 14 voix sur 25 à savoir celles de la N-VA, du CD&V et du VB.

Les représentants des quatre principaux partis flamands se retrouveront samedi à Denderleeuw, une commune de Flandre orientale, pour tenter de trouver un accord sur la formation d'une coalition communale alors que le Vlaams Belang s'est posé en arbitre, grâce aux trois sièges obtenus aux élections communales du 14 octobre dernier, ont annoncé vendredi deux des protagonistes.

Le "cordon sanitaire" - qui veut depuis 1992 qu'aucun parti flamand ne s'allie au Vlaams Belang pour gouverner, quel que soit le niveau de pouvoir - semble bien avoir été rompu dans une demi-douzaine de communes de Flandre, où les voix des partis traditionnels, ainsi que dans une large mesure des nationalistes de la N-VA, ont permis mercredi soir l'élection de membres du parti d'extrême droite dans plusieurs conseils de police, voire de CPAS.