Tout sur Waterloo

Un show spectaculaire était donné ce jeudi soir sur la plaine de Waterloo. intitulé "Inferno" et imaginé par le metteur en scène belge Luc Petit, il était rempli d'effets pyrotechniques éblouissants, de jeux de lumière réglés au millimètre et d'écrans surgissant au milieu des champs de blé. Retour en images sur la soirée.

Waterloo, mère de toutes les batailles, écrase toute concurrence depuis deux siècles. Quel autre lieu au monde peut revendiquer d'avoir vu le " dieu de la guerre" mordre la poussière ?

200 000 spectateurs, 9 000 barrières Nadar, 468 000 pièces de vaisselle, 2,5 tonnes de poudre noire : l'organisation du bicentenaire de la bataille de Waterloo est l'un des plus importants événements en plein air organisé en Belgique. L'équilibre financier est toutefois encore incertain.

Il fulmine, le député wallon Nicolas Martin (PS) : "C'est avec effarement et consternation que j'ai pris connaissance de la décision de la commune de Braine-l'Alleud d'attaquer le guide Michelin dans le cadre d'une querelle née des commémorations du bicentenaire de la bataille de Waterloo", écrit-il au ministre du Tourisme, René Collin (CDH).

Il y a 200 ans, nos régions prenaient brutalement et définitivement congé de Napoléon balayé à Waterloo. Mais la page est loin d'être tournée. Hervé Hasquin, historien à l'ULB et secrétaire perpétuel de l'Académie royale de Belgique, revient sur un héritage qui a façonné la Belgique d'aujourd'hui.

Serge Kubla, son prédécesseur, disposait d'un carnet d'adresses aussi épais qu'un annuaire téléphonique. La nouvelle bourgmestre de Waterloo affirme s'être construite toute seule. Une question de caractère. Mais un manque de relais qui pourrait lui être préjudiciable.

Le squelette retrouvé en 2012 sur le champ de bataille de Waterloo serait celui d'un jeune Allemand de 23 ans. Selon l'historien militaire, spécialiste de Waterloo, Gareth Glover, il pourrait s'agir de la dépouille de Friedrich Brandt, un soldat allemand de la King's German Legion (légion allemande du roi), une unité militaire hanovrienne, alliée des Britanniques, lit-on dans le Sunday Times.

La bataille mythique trotte dans les têtes des soldats de la Grande Guerre. Dans les tranchées, on espère en vain un nouveau "18 juin" sur l'ancien champ de bataille. L'historien Philippe Raxhon révèle comment " le centenaire sanglant " de Waterloo fut mobilisé en 14-18.