Tout sur Voo

Que Voo ait été bradée lors de sa cession, par sa maison-mère Nethys, au fonds américain Providence ne constitue pas une surprise pour le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS). "C'est en partie ce qui a justifié ma décision de casser les ventes au début du mois d'octobre", a-t-il rappelé mercredi, en séance plénière du Parlement de Wallonie, interrogé sur ces nouvelles révélations par les députés Germain Mugemangango (PTB) et Olivier Bierin (Ecolo).

Le PTB refuse que des filiales de l'entreprise Nethys soient privatisées. S'il rabâche ce discours depuis la révélation de la vente - annulée par le gouvernement wallon - de Voo, Elicio et Win par Nethys, il dévoile mardi le plan qu'il a concocté pour empêcher toute privatisation: créer un nouveau statut, les entreprises démocratiques publiques (EDP).

La vente de Voo au fonds d'investissement Providence est définitive. La convention de cession d'actions a été signée le 23 mai dernier - c'était plus qu'une offre liante-, mais l'investisseur américain s'impatiente, car Nethys, pris dans la tourmente, tarde à lui transmettre certaines informations.

Le conseil d'administration de Nethys a pris connaissance des deux rapports établis par le cabinet d'avocats d'affaires Matray et le consultant financier BDO sur la légalité et la valorisation de la vente en mai de ses trois filiales Voo, Elicio et Win. Il n'y voit pas d'irrégularité. "Les analyses juridiques et financières démontrent la stricte légalité et la pertinence des opérations menées", a-t-il souligné mardi soir, alors que les tensions sont à leur comble avec le gouvernement wallon.

Le scénario s'est déroulé comme prévu. Nethys est en passe de vendre trois de ses filiales en y recasant son patron, juge et partie, alors que la valorisation annoncée de Win, Voo et Elicio est contredite par des calculs alternatifs.

Le scénario s'est déroulé comme prévu. Nethys est en passe de vendre trois de ses filiales en y recasant son patron, juge et partie, alors que la valorisation annoncée de Win, Voo et Elicio est contredite par des calculs alternatifs.

Philippe Naelten, le patron de NeWIN SA, n'était pas au courant de la vente à François Fornieri, en mai dernier par Nethys, de la filiale qu'il dirige. Il a appris la nouvelle dimanche soir par voie de presse, a-t-il confirmé au Vif.

Le cdH a demandé, vendredi après-midi, la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire à la suite des nouveaux rebondissements dans le dossier Enodia (ex-Publifin) et plus singulièrement après l'accord conclu entre Nethys et le fonds d'investissement américain Providence à propos de la cession du télédistributeur Voo.