Tout sur Vlaams Belang

À en croire une étude du JeugdOnderzoeksPlatform (JOP), un projet de collaboration interuniversitaire entre l'Université de Gand, la VUB et la KULeuven, quatre jeunes flamands sur dix souhaitent le retour de la peine de mort en cas de crimes graves. Ils sont également en faveur d'une politique de criminalité plus sévère.

La SNCB a réussi à s'attirer la sympathie de nombreux membres du réseau social Twitter aux dépens de Sam Van Rooy, le porte-parole du Vlaams Belang. Ce dernier fait l'objet de railleries sur les réseaux sociaux sous le hashtag #meneervanrooy.

Le MR est en recul de 2,8%, à 23,3% en Wallonie, par rapport à un sondage précédent du même institut réalisé en avril dernier, derrière un PS à 26%, qui ne perd plus de plumes (+0,2%; -6% par rapport aux élections de 2014). La N-VA reste largement le premier parti en Flandre, à 28,8%, malgré la perte de 3,6% par rapport aux élections de 2014, devant le CD&V qui reprend son souffle.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, estime qu'il faudrait lancer une réflexion sur une adaptation de la Convention de Genève, dont des protocoles additionnels garantissent la protection des victimes des conflits armés, a-t-il déclaré mardi. Pourtant, en 2012, il défendait la Convention sur la VRT face à Filip Dewinter, figure de proue du Vlaams Belang.

Abderrahim Lahlali, l'avocat qui a interpellé le parquet d'Anvers afin que celui-ci décide s'il y a lieu d'ouvrir une enquête et une procédure pénale concernant les déclarations de Bart De Wever, a accusé jeudi matin ce dernier "d'intimidation" et de "diffamation" sur les ondes de la VRT.

Selon la Ligue des droits de l'homme (LDH), le programme en 70 points du Vlaams Blok sur l'immigration, qui a valu à l'ancêtre du Vlaams Belang une condamnation pour racisme en 2004, a été mis en oeuvre par les majorités successives au cours des 20 dernières années.

Il faut s'attendre à tout quand on est ministre de tutelle sur la SNCB. Le Vlaams Belang vient de pousser Jacqueline Galant (MR) à mettre son nez jusque dans les toilettes publiques de la gare d'Anvers. L'affaire est sérieuse.

Pegida, l'organisation allemande anti-islamique ("Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes"), possède également une branche flamande. Le groupe, baptisé Pegida Vlaanderen, avait prévu une manifestation le lundi 26 janvier à Anvers, mais celle-ci a été interdite par le bourgmestre Bart De Wever (N-VA).

Selon une étude du Centre de Politologie de la KuLeuven relayée par le quotidien De Morgen, l'Open VLD est désormais le plus grand parti de Flandre, du moins en nombre de membres. Les libéraux dépassent le CD&V qui perd 14 % de ses membres par rapport à 2012.