Tout sur Visegrad

La crise de l'asile de 2015 a-t-elle influencé les positions sur la migration ? Les sociologues Bart Meuleman et Arno Van Hootegem (tous deux de la KU Leuven) ont étudié l'Enquête sociale européenne (ESS) dans une vingtaine de pays. Conclusion frappante : les attitudes sont restées stables dans la plupart des pays.

Les pays du groupe de Visegrad, favorables à une ligne dure sur l'immigration, ont exclu jeudi de participer à un mini-sommet européen sur le sujet organisé à Bruxelles dimanche, rendant hypothétique l'élaboration d'un consensus souhaité notamment par l'Allemagne et la France.

Le Premier ministre belge Charles Michel voit "un hasard intéressant" dans le fait que les discussions - difficiles - sur la migration et les négociations des prochains budgets européens se dérouleront en parallèle durant les prochains mois. "La solidarité ne peut pas être unilatérale", a-t-il martelé à son arrivée au second jour d'un sommet européen rassemblant les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Union.