Tout sur ville

Vous l'avez ressenti hier, pendant la journée sans auto : une utopie est en marche. Pas un bruit, si ce n'est celui d'un vieux braquet rouillé. Pas une odeur, si ce n'est celle de l'effort. Et partout des familles heureuses, des gamins épris de libertés et des adultes délassés.

Longtemps la vie sociale aux Philippines s'est organisée autour des parcs ombragés, édens de fraîcheur et de convivialité. Victimes de l'incurie des pouvoirs publics, ils sont aujourd'hui désertés au profit d'immenses centres commerciaux où l'on va tout le jour durant, riche ou désargenté, de l'église au magasin.

"Les gens qui ont dans leur voisinage immédiat des magasins, banques, restaurants, clubs, associations et autres installations sont moins susceptibles d'être en surpoids ou de souffrir d'obésité", explique le professeur gantois Ilse De Bourdeaudhuij.

Environ neuf habitants sur dix des villes européennes respirent un air chargé de polluants considérés comme responsables de 400.000 morts prématurées chaque année, a indiqué mercredi l'Agence européenne de l'environnement (AEE).

En tout cas dans les 9 villes wallonnes engagées dans le programme "Villes-Santé" de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Se déplacer à vélo en ville a beau être de plus en plus tendance, il n'en reste pas moins un véritable défi au quotidien dans cette jungle qu'est la vie urbaine. Un concours américain a mis en avant quelques modèles époustouflants d'ingéniosité. De quoi faire rêver.

La Chine se prépare pour l'un des plus grands déplacements de population de l'histoire du monde. D'ici 5 ans, elle veut déplacer près de 100 millions de fermiers vers les villes. Les dirigeants espèrent de cette façon soutenir le développement économique du pays.

Les habitants de Bruxelles, Anvers et Gand désireraient une diminution du trafic routier, plus d'espaces verts et un air plus pur. Avec le soutien de plusieurs associations ayant l'environnement comme souci, ils vont organiser des actions pour demander aux politiques de prendre des mesures pour s'attaquer à la pollution de l'air dans les grandes villes.

Le gouvernement wallon a décidé jeudi d'affecter 3,1 millions d'euros au développement du wi-fi gratuit pour les habitants, travailleurs et visiteurs de cinq villes wallonnes (Mons, Liège, Bastogne, Namur, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Tournai), avant peut-être Charleroi et Spa-Francorchamps, a indiqué le ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt.

De plus en plus de citadins désirent retrouver un coin de verdure au coeur de la ville. Jardins suspendus, terrasses verdoyantes et toitures végétales sont de plus en plus à la mode.

La propreté des villes belges est en net progrès, indique une enquête réalisée par Test-Achats en mai dernier dans 40 communes belges dont les principaux endroits publics (grand-place, rues commerçantes, gare, parcs publics, berges, sites touristiques, arrêts de bus et écoles) ont été examinés.

Jusqu'à 95% des citadins européens respirent un air trop pollué, principalement par les particules fines, relève l'Agence européenne pour l'Environnement (AEE) qui se fonde sur les critères de l'Organisation mondiale de la santé, dans un rapport publié jeudi.

Les citadins se déplacent à pied ou à vélo environ 15 minutes de plus par jour que les habitants des villages. L'image d'une campagne plus attractive pour les piétons est donc remise en question par la thèse de Delfien van Dyck de l'unité de recherche des sciences du mouvement et du sport de l'Université de Gand.

Les conseillers communaux carolos ont décidé lundi de la constitution de la Ville de Charleroi en partie civile contre les 58 personnes physiques ou morales inculpées dans le dossier "Ville", ouvert dès 2005 par la justice carolo et qui vise une série d'affaires politico-judiciaires.

Posséder une voiture, cela coûte énormément. Un moyen simple et efficace de faire de solides économies, tout en donnant de l'air à la ville : les voitures partagées, ou carsharing.

A un an des élections communales, le ministre wallon Paul Furlan (PS) veut donner un coup d'accélérateur à la réflexion sur le rôle des villes qui courent à la catastrophe. Il prône la collaboration entre les communes, à l'intérieur de "bassins de vie" qui restent encore à définir.

Une étude du Crioc s'est attardée sur les incivilités qui dérangent le plus. Premier constat, ce sont les impolitesses des autres qui nous agacent.