Tout sur Verts

Les conservateurs allemands de la chancelière Angela Merkel, fragilisés par des ratés dans la gestion de la pandémie et un encombrant scandale financier, ont encaissé dimanche un revers historique dans deux élections régionales cruciales à six mois des législatives.

Certains responsables des Verts ont lancé le débat sur le prix écologique de ce type d'habitat, provoquant une levée de boucliers dans un pays où 90% des habitants rêvent de posséder un jardin. Mais ont-ils entièrement tort?

"Il était déjà clair jeudi qu'il n'y avait pas de majorité pour soutenir le projet de Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS)", entend-on vendredi auprès de certains partis. Le noyau de la note était en effet une sorte d'échange entre une réforme institutionnelle voulue par les nationalistes et une politique socio-économique défendue par les socialistes. Ce qui finalement ne convenait ni aux Verts, ni aux libéraux.

Les écologistes ont raflé la mise lors des élections municipales : Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers ou encore Grenoble, avec une participation à Paris, Marseille et Montpellier. Des victoires qui sont toutefois teintées d'une ombre : une abstention record de presque 60 %.

Le rapport des deux présidents des partis socialistes francophone et néerlandophone ne répond pas à la question de savoir s'il faut s'orienter vers une coalition associant les trois familles traditionnelles (libérale, socialiste et sociale-chrétienne) à la N-VA ou aux Verts. Ils n'ont donc pas de solution, a affirmé mardi matin le chef du groupe Ecolo-Groen à la Chambre Georges Gilkinet, interrogé par La Première (RTBF).

Après les tensions sur le déconfinement, au moins trois dossiers opposent les deux partis : Brussels Airlines, la mobilité à Bruxelles et la candidature de Zakia Khattabi à la Cour constitutionnelle.