Tout sur Verbist

Delhaize ne veut plus de viande du groupe Verbist dans ses rayons. Le nom Verbist avait fait l'actualité en début d'année lorsque des soupçons de fraude avaient été constatés au sein de l'abattoir Veviba à Bastogne. "Il y a une rupture de confiance", a expliqué un porte-parole de la chaîne de supermarchés. Le groupe Delhaize avait demandé à ses fournisseurs de ne plus s'approvisionner, pour lui, auprès de chez Verbist. Le tribunal de Gand vient de lui donner raison sur ce point.

Le groupe Verbist, au coeur du scandale alimentaire Veviba, a reçu depuis 2013 de la Sogepa - l'un des bras financiers de la Région wallonne - 5,5 millions d'euros de prêts dont il doit encore rembourser 3,7 millions d'euros, a indiqué mardi le ministre wallon de l'Économie Pierre-Yves Jeholet.

Les magasins Delhaize et Colruyt, qui ont cessé leur collaboration avec le groupe Verbist à la suite du scandale sanitaire frappant l'abattoir Veviba à Bastogne, n'ont observé qu'un impact relativement limité sur la vente de viande ces derniers jours, ont-il rapporté lundi. La chaîne Carrefour ne se fournissait pas auprès de Veviba et ne constate aucune tendance à la baisse.

L'entreprise Veviba, abattoir et atelier de découpe filiale du groupe flamand Verbist, s'est vue retirer ses agréments suite à des infractions constatées sur le site. Quels sont les magasins concernés ? Y a-t-il un risque pour la santé des consommateurs ? On fait le point.