Tout sur Venise

Records de chaleur, multiplication des catastrophes météo, fonte des glaces, déclin de la nature: les preuves de l'impact dévastateur des activités humaines sur la planète s'accumulent, attestant de l'urgence à agir en particulier contre le dérèglement climatique.

Venise s'efforçait lundi de retrouver une vie presque normale après une série inédite de marées hautes ("acqua alta") qui ont dévasté la ville la semaine passée, inondant maisons et musées et endommageant une cinquantaine d'églises de ce joyau du patrimoine mondial.

Venise se préparait samedi à vivre une nouvelle alerte météorologique, au lendemain d'un pic de marée haute, qui a contraint les autorités à décréter l'état d'urgence dans la Cité des Doges dévastée par des inondations record.

Venise sait depuis les années 1960 que si rien n'est fait elle risque de disparaître sous les flots. Sauf que la digue censée protéger la très touristique ville italienne est toujours en construction. On annonce la fin du chantier pour 2022, mais pour beaucoup c'est la "énième date d'une longue litanie".

Le gouvernement italien s'apprêtait jeudi à décréter l'état d'urgence pour catastrophe naturelle à Venise, dévastée mardi soir par la pire marée haute en 53 ans, l'eau ayant envahi les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au patrimoine mondial.

Le gouvernement italien devrait décréter jeudi l'état d'urgence pour catastrophe naturelle pour Venise, dans le but de mobiliser rapidement des fonds afin d'éviter à plus long terme une possible disparition d'une des plus belles villes du monde.

Le projet Moïse, composé de digues mobiles censées protéger Venise d'une noyade sous les eaux de la lagune, s'est retrouvé au coeur d'une polémique mercredi, en raison de malfaçons, de critiques sur son efficacité et d'enquêtes pour corruption qui ont retardé fortement sa mise en place.

Une "acqua alta" (marée haute) d'une ampleur sans précédent (1,87 mètres) depuis 53 ans s'est abattue mardi sur Venise, surprenant les touristes qui pataugeaient dans les ruelles inondées tandis qu'un puissant sirocco faisait déferler les vagues sur la place Saint-Marc. "Nous avons besoin que tout le monde nous aide à faire face à ce qui sont clairement les effets du changement climatique", a déclaré le maire de la ville.

Une marée haute d'une ampleur sans précédent en plus d'un demi-siècle s'est abattue mardi sur Venise, surprenant les touristes qui pataugeaient dans les ruelles inondées tandis qu'un puissant sirocco faisait déferler les vagues sur la place Saint-Marc.

A plusieurs hectomètres de la plage, un hydravion dépose quelques jolies sirènes sur un petit canoé. Les photographes ont été prévenus ; ils immortalisent l'instant. Le lendemain, les beautés se retrouvent sur du papier glacé. Car Cannes, c'est déjà du strass et des paillettes. Des vedettes aussi : Edith Piaf, Michèle Morgan, Jean Cocteau... Ils sont tous là.

A chaque nouvelle saison touristique, la mer Méditerranée se transforme en égout à ciel ouvert. Le nombre de déchets qui y sont jetés augmente de 40%, d'après un rapport du WWF, qui dénonce la mauvaise gestion des détritus dans les pays du pourtour méditerranéen.

Avec 90 pavillons nationaux et d'innombrables propositions annexes, la 58e Biennale de Venise submerge le regard. Petite sélection des pépites à côté desquelles on aurait vite fait de passer.