Tout sur Veerle Wouters

Le nationalisme flamand a le vague à l'âme. La participation de la N-VA au gouvernement fédéral, décidée il y a quatre ans, s'est soldée par un gel communautaire qui n'a pas fondu au soleil de l'actualité. Ses principaux protagonistes, dont l'ultrapopulaire secrétaire d'Etat Theo Francken, ont replacé le débat sous l'angle identitaire. Au grand dam de ceux qui continuent à se battre pour une autonomie accrue de la Flandre - voire pour son indépendance.

La députée Veerle Wouters (ultra-nationaliste, ex-N-VA) a adressé trois fois la même question écrite au Premier ministre, Charles Michel (MR), au sujet de l'organisation éventuelle du XIXème Sommet de la Francophonie à Bruxelles, en 2022, pour ne recevoir que cette seule réponse évasive: " J'ai informé le ministre-président de la Communauté française (CF) de ma disponibilité pour toute concertation qu'il souhaiterait entamer à ce sujet. "

Hendrik Vuye et Veerle Wouters, tous deux anciens de la N-VA, reprochent aux partis flamands de manquer de vision réfléchie de Bruxelles. Dans leur livre "Vlaanderen voltooid. Met of zonder Brussel?" (La Flandre achevée. Avec ou sans Bruxelles?), ils développent leur point de vue sur la capitale.

Les anciens membres de la N-VA font l'annonce de la fondation de ce nouveau parti, en marge de la publication d'un nouveau livre "Vlaanderen Voltooid. Met of zonder Brussel ?" ("La Flandre achevée. Avec ou sans Bruxelles ?"), dans une interview accordée à Het Belang van Limburg.

Après la suppression des facilités administratives en périphérie bruxelloise et le long de la frontière linguistique, les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters, deux ex-N-VA alliés, pour l'occasion, au Vlaams Belang, réclament la fin des facilités linguistiques en matière d'enseignement dans les communes concernées.

Le rapport linguistique 2016 du vice-gouverneur de la région linguistique bilingue Bruxelles-Capitale vient de sortir. "La loi linguistique à Bruxelles restera toujours lettre morte", estiment Veerle Wouters et Hendrik Vuye.

"Une nouvelle unité de centre-droit prend de l'ampleur dans le pays et la Belgique semble à nouveau avoir un Premier ministre fort", écrit Luc Van Der Kelen du mouvement B Plus.

S'il en est un qui a de la suite dans les idées, ressassant sans cesse le même leitmotiv, c'est bien Jules Gheude, ancien membre du Rassemblement wallon.

C'est beau, Wemmel, un soir de pluie. La drache est nationale mais c'est le parapluie jaune et noir qui est de sortie. Pratique : il suffit de suivre le monsieur et son pépin bicolore replié sous le bras pour rallier la salle de spectacle "Iedereen is welkom" au centre culturel De Zandloper. Ce soir-là, à portée de canon de la Région bruxelloise, le Vlaamse Volksbeweging régale avec un duo de choc à l'affiche.

Le prince Laurent a rencontré le 17 octobre dernier le Premier ministre du Sri Lanka, Ranil Wickremesinghe, sans demander l'autorisation du gouvernement fédéral. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a, dans une réponse à une question écrite, confirmé l'information aux députés Veerle Wouters et Hendrik Vuye, ex-membres de la N-VA devenus indépendants, ainsi que le rapporte La Libre Belgique.