Tout sur Vaccination obligatoire

Les autorités belges ont annoncé, lors du dernier Codeco, qu'elles envisageaient une vaccination des enfants dès 12 ans. Les laboratoires Pfizer-BioNtech et Moderna prévoient par ailleurs de demander une autorisation urgente de mise sur le marché de leur vaccin pour les 5-11 ans. Plusieurs inconnues demeurent toutefois.

Le gouvernement fédéral s'est accordé, vendredi peu avant 21h, sur l'obligation vaccinale des soignants, a-t-on appris de sources gouvernementales. Selon une version de l'accord reçue dans la soirée du cabinet du vice-Premier ministre PS, Pierre-Yves Dermagne, il n'y aura finalement pas de licenciement sous certaines conditions des travailleurs qui ne seraient pas vaccinés à partir du 1er avril, mais la poursuite de la suspension du contrat de travail.

La question n'est plus vraiment taboue. Elle a déjà été tranchée pour le personnel soignant. Le texte, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2022, prévoit une période transitoire de trois mois durant laquelle le soignant non vacciné devra se faire tester. En cas de refus, il sera écarté et basculera en chômage temporaire, sauf s'il dispose d'un certificat de rétablissement. A partir du 1er avril, il ne pourra plus exercer son métier et pourra être licencié.

Les nouvelles mesures sanitaires sont insuffisantes pour la moitié des Belges, ressort-il d'une enquête réalisée par l'institut Ipsos pour le compte du quotidien Het Nieuwsblad. Tandis que 65% des personnes interrogées feraient preuve de compréhension à l'égard d'un nouveau confinement, 67% soutiennent la vaccination obligatoire.

Le Premier ministre Alexander De Croo s'est à nouveau montré, jeudi à la Chambre, favorable à poursuivre le travail de persuasion des personnes non encore vaccinées contre la Covid-19, alors que le PS et le CD&V, dans la majorité fédérale, plaident en faveur de la vaccination obligatoire pour la population générale.

La conférence de presse suivant le 22ème Codeco s'est achevée mercredi peu avant 20 heures. Pas de nouveau confinement "grâce aux 9 Belges sur 10 vaccinés", mais plusieurs mesures ont été annoncées par le Premier ministre Alexander De Croo, censées freiner le rebond épidémique du coronavirus. Ces mesures seront d'application dès le 20 novembre et le resteront au moins jusqu'au 28 janvier.

L'épidémiologiste Yves Coppieters (ULB) se dit contre l'obligation vaccinale pour la population. "Lorsqu'un vaccin est obligatoire, il faut que son innocuité soit nulle", explique l'expert, qui n'est pas convaincu par certaines méthodes proposées actuellement. A la veille d'un Codeco qui marquera le retour de restrictions, il plaide pour une meilleure application des gestes "simples mais efficaces" et s'oppose fermement à la refermeture de secteurs. "Il ne faut vraiment pas revenir dans nos angoisses antérieures", dit-il. Entretien.

La question de la vaccination obligatoire contre le Covid est de plus en plus évoquée par les politiques belges. Et les appels à lancer les débats parlementaires sur le sujet se multiplient. Et vous, êtes-vous pour, ou contre l'obligation vaccinale? Répondez à notre sondage ci-dessous.