Tout sur Ursula von der Leyen

Les groupes politiques du Parlement européen ont sommé mardi les deux dirigeants des institutions de mettre un terme à leur querelle après l'incident protocolaire d'Ankara et de trouver une solution pour parler d'une seule voix sur la scène internationale.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a reçu lundi le président du Conseil européen Charles Michel pour la première fois depuis l'incident protocolaire du "Sofagate" à Ankara et l'a averti qu'elle "ne permettra pas qu'une telle situation se reproduise".

La rencontre hebdomadaire, ce lundi à 17h00, entre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil, Charles Michel, offrira aux deux dirigeants une occasion de trouver un modus vivendi pour la représentation de l'UE lors de missions à l'étranger, à la suite de l'incident protocolaire du Sofagate.

La Turquie a fustigé jeudi des "accusations injustes" après l'affront protocolaire ressenti par la présidente de la Commission européenne à Ankara, affirmant que la disposition des fauteuils au coeur de la polémique avait été suggérée par la partie européenne.

Une vidéo montre le président du Conseil européen snober la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, pour s'asseoir sur l'un des deux seuls fauteuils disponibles face aux président turc Erdogan. Un incident diplomatique révélateur, à plusieurs titres, dont Charles Michel ne sort pas grandi.

La tension est encore montée autour de la vaccination contre le Covid-19, alors que plus de 500 millions de doses ont été administrées dans le monde, offrant un espoir face à la troisième vague épidémique.

La Belgique peut espérer recevoir quelque 255.000 doses du vaccin Pfizer plus rapidement, a estimé mardi Dirk Ramaekers, président de la task force vaccination, après l'annonce d'une livraison accélérée de dix millions de doses du vaccin de Pfizer et BioNTech à l'Union européenne au deuxième trimestre.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a reconnu quelques erreurs dans le travail de l'exécutif européen sur la vaccination, entre autres dans l'imbroglio sur les exportations de vaccins vers l'Irlande du Nord. "Il y a eu des erreurs dans le processus de décision (...) Je le regrette profondément", a expliqué l'Allemande face au Parlement européen réuni en plénière.