Tout sur Université de Namur

Chercheur en mathématiques appliquées à l'Université de Namur, Nicolas Franco revient sur les quatre scénarii de l'évolution du covid en Belgique présentés en février dernier lors de la conférence de presse du Premier ministre.

Un troisième confinement strict et court pour le mois d'avril est sur la table des discussions. Quel serait-il l'impact économique d'une telle mesure sur les commerces et les activités contraintes à fermer ? Réponses avec Alain De Crombrugghe, docteur en sciences économiques d'Harvard (États-Unis) et doyen de la faculté des sciences économiques à l'Université de Namur.

Monsieur Franco a fait une entrée remarquée dans les médias lors de la conférence de presse du Premier ministre, hier après-midi. C'est l'un des chercheurs qui a présenté les modélisations des prédictions concernant l'épidémie. Il a en réalité deux casquettes. Puisqu'il est chercheur en modélisation mathématique et pianiste professionnel.

Ces derniers jours, les enfants et les jeunes retiennent l'attention. De nouvelles mesures sont discutées les concernant, on parle du malaise grandissant de la jeunesse, de sa difficulté à faire face aux règles imposées par les autorités politiques pour gérer la crise de la COVID-19, on évoque à nouveau la fermeture des écoles, les restrictions ou assouplissements des loisirs, les maltraitances dont ils font l'objet, ...

Un nouvel arrêté royal de pouvoirs spéciaux encadre le traçage manuel et numérique. Ce système, qui comporte des zones d'ombre, pose de nombreuses questions, notamment en matière de vie privée. Trois questions à Élise Degrave, professeure à la Faculté de droit de l'Université de Namur.

Les mesures de déconfinement font des remous dans les bancs scolaires - enseignants, parents... et enfants. Si certains enfants et ados trouvent une façon de vivre le confinement en en tirant le meilleur parti, c'est un séisme pour la plupart, un enfermement en espace restreint pour beaucoup, une réduction à l'extrême des relations sociales pour tous : les parents comme seuls adultes référents, et la fratrie comme seuls compagnons de jeux. Le développement du burnout parental - malheureusement plus lent à chiffrer que l'expansion du Covid - multiplie le risque de violence intrafamiliale. Le manque de relations des enfants fait le lit de la déprime ou de la dépression.

C'est la dernière histoire belge du coronavirus. Un Ministre de l'Intérieur confisque des réactifs pour180.000 tests, de peur qu'ils partent à l'étranger. Or, ces produits étaient à destination de...l'Université de Namur qui développait un dépistage innovant et automatique. Sans conséquence. Précipitation et méconnaissances du produit expliqueraient ce couac du gouvernement.

Où en est le dépistage Coronavirus? Pour l'instant, on se contente toujours de ne tester que les patients les plus malades qui rentrent à l'hôpital et le personnel soignant qui présente des symptômes importants. Mais cela va changer dans les prochains jours, assure Emmanuel André, chercheur à la KULeuven et porte-parole de la plate-forme interfédérale Covid-19.

Deux chirurgiens de l'hôpital Saint-Pierre, en première ligne de la lutte contre le coronavirus depuis le début de l'épidémie, ont lancé un appel urgent au dépistage systématique du virus auprès des patients et du personnel soignant. La chef de groupe CDH à la Chambre, Catherine Fonck, elle-même médecin, leur a emboîté le pas.

L'université de Namur (UNamur) accueillait mercredi Sivasailam Thiagarajan, dit Thiagi, expert en ludopédagogie et grande source d'inspiration pour ses enseignants. Thiagi est indien et vit aux Etats-Unis. Il est l'un des piliers et fondateurs de la ludopédagogie. Il a notamment créé le concept de jeux cadres et maîtrise l'art des techniques interactives et ludiques les plus optimales en apprentissage.

Après une année de chantier, l'Observatoire astronomique Antoine Thomas ouvre sa coupole à l'UNamur. Cet observatoire pédagogique est accessible aux étudiants, aux chercheurs, aux élèves des écoles primaires et secondaires, mais aussi à tous les curieux qui voudraient s'initier à l'astronomie.

Faut-il limiter l'usage de la reconnaissance faciale comme l'a décidé San Francisco ? Professeur d'informatique à l'université de Namur, Bruno Dumas juge que la confiance dans cette nouvelle pratique ne peut être établie sans une implication de tous les acteurs, juridiques, politiques, académiques et citoyens.

"Contrairement aux idées reçues, les élèves en immersion ne souffrent pas plus de lacunes en français que ceux suivant une scolarisation traditionnelle", ressort-il d'une étude menée conjointement par l'UCLouvain et l'université de Namur, dont les résultats sont publiés dans La Dernière Heure vendredi.

Les listes citoyennes et locales ont progressé en Wallonie, mais les partis traditionnels restent les grands vainqueurs des élections communales de 2018. C'est ce qui ressort du rapport présenté vendredi à Namur par plusieurs chercheurs universitaires. Ceux-ci se sont attelés à dégager les grandes tendances du scrutin, avec le soutien du Service public de Wallonie (SPW).

L'Université de Namur a proposé mardi une solution originale pour reboiser les forêts wallonnes, dont les épicéas sont menacés par les scolytes, de petits insectes qui se nourrissent de leur bois. Elle propose de favoriser le reboisement en semant des glands et des faînes récoltés au sol, à proximité des parcelles d'épicéas morts. Une action que chacun peut facilement entreprendre.