Tout sur Université d'Anvers

Les personnes exposées à de fortes concentrations de particules fines sont plus susceptibles d'être victimes d'un accident vasculaire cérébral ou d'une crise cardiaque (causée par une formation aiguë de caillots), ressort-il d'une étude menée par la KU Leuven, l'Université d'Anvers, l'Université de Hasselt, l'Institut de santé publique Sciensano et l'Agence intermutualiste (AIM).

Malgré les mises en garde répétées des virologues face à la virulence de la seconde vague de covid en Belgique, un Belge sur trois n'a pas l'intention de fêter Noël en cercle restreint. C'est ce que révèle une enquête de l'Université d'Anvers réalisée auprès de 26 000 participants.

Alors que les masques réutilisables doivent être lavés tous les jours, la majorité des utilisateurs ne le font pas, ressort-il des résultats de la grande enquête effectuée par l'UAntwerpen. De nombreux répondants sont également gênés par le port d'un masque buccal, notamment en raison de problèmes respiratoires, de lunettes ou d'acné.

Le 28 juillet dernier, la cellule de crise d'Anvers a décidé d'imposer un couvre-feu dans toute la province, une mesure destinée à endiguer la recrudescence de l'épidémie de coronavirus, mais considérée comme illégale par plusieurs spécialistes.

Neuf pour cent des gens sondés par l'Université d'Anvers n'ont pas tenu compte de la bulle de 15 personnes qu'ils pouvaient voir lorsque la règle le prévoyait, apprend-on dans un nouveau volet d'une vaste étude sur la crise du coronavirus menée par l'université. Plus de la moitié des sondés avait la semaine dernière une bulle de plus de cinq personnes et devront donc s'adapter aux nouvelles règles.

À leur grande surprise, Evelyne (28 ans) et Barbara (31 ans) ont été infectées deux fois par le coronavirus au cours des derniers mois. Le covid-19 parviendrait-il à se jouer de notre système immunitaire ?

L'entreprise pharmaceutique AstraZeneca déclare qu'elle aura bientôt un vaccin contre le coronavirus, mais qui ne nous protégerait que pendant un an. Pour l'épidémiologiste et expert en vaccins Pierre Van Damme (Université d'Anvers), il s'agit là de déclarations hâtives.

Le nombre de personnes souhaitant l'obligation du port du masque buccal dans certaines situations ou environnements est en augmentation, ressort-il jeudi d'un nouveau volet d'une vaste étude sur la crise du coronavirus. Une grande majorité des répondants aimerait voir cette obligation appliquée aux clients, ainsi qu'au personnel des supermarchés et d'autres commerces.

L'UCLouvain et l'Université d'Anvers ont étudié la manière dont la crise sanitaire et ses conséquences pèsent sur le moral des Belges. Les sentiments dépressifs sont constants et concernent près de la moitié des sondés, selon les résultats rapportés dans Le Soir lundi.