Tout sur Union

Faute de perspectives d'accord avec Londres sur la relation post-Brexit, le doute s'insinue côté européen : comment s'entendre avec un partenaire qui pratique par tactique la guerre des nerfs et s'arc-boute sur sa chimère souverainiste ?

Récemment, le président Donald Trump a réduit le soutien financier américain à l'ONU, et spécialement l'Organisation mondiale de la santé (il a aussi sabré dans les services épidémiologiques internes aux Etats-Unis, et décrit le coronavirus comme " une arnaque ", sentiment sans doute peu partagé par la multitude de personnes décédées, hospitalisées ou mises en quarantaine). Seul un génie total du management peut démanteler le service des pompiers juste avant un énorme incendie.

L'Union européenne et le Royaume-Uni ont chacun publié leur mandat de négociation en vue de la conclusion d'un accord post-Brexit d'ici à la fin de l'année. Mais plusieurs points de friction sont susceptibles de ralentir, voire bloquer les négociations qui démarrent lundi.

Chaque jour en Europe, de nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués. Chaque jour en Europe, des patients, leurs familles et leurs amis sont submergés par les émotions qu'entraîne un diagnostic de cancer: l'incertitude quant à l'avenir, les sentiments de choc, de tristesse, de colère, voire de désespoir.

Le Parlement européen a adopté mardi une résolution appelant l'Union à placer les droits de l'enfant au coeur de sa politique et recommandant pour la première fois de manière explicite que tous les Etats membres veillent à rapatrier les enfants de combattants djihadistes étrangers détenus dans le nord-est de la Syrie, où la récente offensive militaire turque a fait craindre pour la sûreté de camps gardés par des Kurdes. Des centaines de femmes et enfants de combattants européens s'y trouvent.

Les Etats membres de l'UE n'ont pas pris de décision vendredi quant au report qu'ils devraient selon toute vraisemblance accorder à Londres pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union. L'information a été dévoilée en milieu de journée par le négociateur en chef pour l'UE Michel Barnier, après une nouvelle réunion à Bruxelles des ambassadeurs des Etats membres.

Droits des citoyens, période de transition, règlement financier: le nouveau traité sur le retrait du Royaume-Uni de l'UE, soumis samedi au vote des députés britanniques, reprend largement le précédent accord, à l'exception notable de la question ultra-sensible de l'Irlande du Nord qui a été totalement renégociée.

La journée promet d'être cruciale, voire historique, samedi au parlement britannique. Les "members of parliament" se retrouvent en matinée au Palais de Westminster pour débattre puis se prononcer sur le nouvel accord dégagé par les négociateurs du gouvernement du Premier ministre Boris Johnson et de la Commission européenne en vue du Brexit. L'issue du vote est pour le moins incertaine.

Aval des autorités nord-irlandaises, douanes, TVA, future relation commerciale... Voici les principaux points qui ont fait l'objet jeudi d'un accord entre Londres et Bruxelles, principalement sur l'Irlande du Nord, et qui modifient l'accord de retrait précédent rejeté par le parlement britannique à trois reprises.