Tout sur uber

La circulation était perturbée mercredi matin entre 07H30 et 08H00 à hauteur de la station de métro Delta, du boulevard Industriel, du côté de la gare du midi, et de l'avenue Charles Quint en vue de la manifestation des chauffeurs de taxis contre le service de covoiturage Uber, a indiqué Constantin Tsatsakis, vice-président de la FeBeT (Fédération belge des Taxis).

En protestation à la concurrence déloyale liée au développement du service de covoiturage Uber, des chauffeurs de taxis belges et venus de pays limitrophes se rassembleront mercredi à partir de 08h00 du matin à la gare du Nord et sur l'avenue du Roi Albert II.

A l'issue d'une réunion en front commun jeudi après-midi, les associations représentant les taxis ont annoncé qu'un ultimatum sera envoyé dans les prochains jours aux gouvernements fédéral et régional pour demander l'arrêt complet du service de covoiturage Uber d'ici le 1er septembre, a indiqué vendredi à 17h30 Khalid Ed-Denguir, président de la Fédération belge des Taxis (FeBeT).

La société Uber envisage sérieusement d'étendre ses activités à d'autres villes belges, rapporte mercredi le quotidien l'Echo. Le groupe de transport se dit également prêt à collaborer avec les autorités fiscales.

Une trentaine de chauffeurs de taxi bruxellois sont partis jeudi à l'aube en direction de Paris pour rejoindre le mouvement de grogne organisé en France à l'appel de fédérations et de syndicats de taxis contre le service Uber. D'autres taximen se sont également rendus à Lille, a indiqué l'organisateur du mouvement au départ de la Belgique, sans pouvoir en préciser le nombre exact.

Le gouvernement français a engagé depuis janvier plus de 420 procédures judiciaires à l'encontre de taxis non professionnels qui utilisent l'application UberPOP, permettant à des particuliers de proposer leurs services à prix cassés, selon le secrétaire d'Etat français aux Transports, Alain Vidalies. Il répondait à un député qui posait une question d'actualité sur l'application de sa loi sur les taxis.

La semaine dernière, dans l'entretien qu'elle nous accordait, Gwendolyn Rutten clamait que, pour l'équipe Michel, " il faut laisser davantage de place à l'initiative privée. L'Etat ne peut plus tout faire ! "

Un chauffeur roulant pour le compte de la société de covoiturage urbain Uber a été attiré lundi à Uccle par une quarantaine de taximen, qui l'ont pris verbalement à partie, a indiqué mardi le parquet de Bruxelles, confirmant une information parue dans le quotidien La Capitale.