Tout sur trump

Codirigeant du fonds d'investissement Renaissance Technologies, Robert Mercer a contribué à l'avènement de Donald Trump par ses dons et le travail de sa société d'analyse de données. Quelle ambition et quel intérêt poursuit cet ultraconservateur ?

L''organisation non-gouvernementale Human Rights Watch a rejoint lundi les critiques sur la nouvelle version du controversé décret migratoire du président américain Donald Trump, réduisant l'accès au territoire des Etats-Unis des ressortissants de 6 pays à majorité musulmane et d'éventuels autres Etats qui ne fourniraient pas, selon les critères américains, d'informations suffisantes pour juger de l'octroi d'un visa.

Professeur à la KULeuven, le politologue Bart Kerremans, ne s'attend pas à ce que Trump subisse une procédure en accusation en vue d'être destitué. Dans l'état actuel des choses, ce ne sera en tout cas pas dans l'immédiat, rapporte De Morgen.

Donald Trump est un président très expressif, à la gestuelle riche et parfois déconcertante. Adrien Rivierre, fondateur du site Les Beaux Parleurs et vice-président de la Fédération francophone de débat, a analysé le langage corporel du Président des Etats-Unis pour le site français Les Echos. Le spécialiste nous révèle quelques aspects parfois surprenants sur sa personnalité.

Kellyanne Conway, la directrice de campagne du candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, a admis dimanche sur la chaîne NBC que la démocrate Hillary Clinton était la favorite pour remporter le scrutin du 8 novembre. "Nous sommes derrière", a-t-elle déclaré.

Donald Trump a laissé entendre que seuls les défenseurs du port d'arme étaient à même de stopper son adversaire démocrate Hillary Clinton, ou les juges qu'elle pourrait nommer à la Cour suprême. Un sous-entendu "pousse au crime" qui a provoqué un nouveau tollé.

Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump a pris l'avantage dans l'un des Etats les plus importants de l'élection présidentielle de novembre, la grande Floride, selon un sondage paru mercredi.

Les quatre candidats républicains à la Maison Blanche ont laissé les insultes à la porte lors d'un débat inhabituel jeudi, s'astreignant à rester sur le fond de sujets aussi graves que le conflit israélo-palestinien ou la réforme des retraites.