Tout sur Troubles civils

Le ministre-président bruxellois a estimé vendredi matin sur les ondes de La Première que la police bruxelloise manquait de 500 agents, tandis que la justice aurait besoin de plusieurs dizaines de magistrats supplémentaires. Il rejoint ainsi le point de vue du bourgmestre de la capitale Philippe Close, qui a réclamé 400 agents en plus dans l'agglomération lors de l'émission Jeudi en Prime sur la Une.

La zone de police Bruxelles-Ixelles prise en défaut de préparation, des casseurs en liberté, la police d'Anvers appelée en renfort : les incidents du 11 novembre à la Bourse ont fait subir au bourgmestre Philippe Close (PS) sa première épreuve en tant que responsable du maintien de l'ordre. Les nouvelles échauffourées de la Monnaie, le 15 novembre, promettent un hiver chaud.

Trois personnes se trouvent encore en détention judiciaire jeudi, au lendemain des incidents qui ont émaillé la place de la Monnaie à Bruxelles en fin d'après-midi. Vingt-cinq autres personnes qui avaient été arrêtés administrativement ont, quant à elles, été libérées, a-t-on appris auprès de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Une pluie glacée douche Barcelone. Dans la chaleur des foyers, une question se pose : "To vote or not to vote ?" Voilà des semaines qu'elle fait débat parmi les 5,5 millions de Catalans appelés à voter dans le cadre du référendum d'autodétermination décidé par le gouvernement régional de la Catalogne et que Madrid qualifie d'illégal.

Samedi dernier, un rassemblement de l'extrême droite américaine à Charlottesville en Virginie a débouché sur des violences entre manifestants et contre-manifestants. Une femme a été tuée lorsqu'une voiture a foncé sur la foule. Mardi, le président américain Donald Trump a déclenché une vague d'indignation en affirmant que les torts étaient des deux côtés.

Le gouverneur de la province agitée du Nord-Kivu a alerté l'armée congolaise mercredi sur la multiplication d'attaques des miliciens, qu'il considère comme le prélude d'une nouvelle guerre dans l'est de la République démocratique du Congo.

La mobilisation éclair des défenseurs américains des immigrés, après l'interpellation samedi de migrants musulmans dans des aéroports, montre leur intention de se battre pied à pied contre les décrets du président Donald Trump limitant l'immigration et augure d'une rude bataille devant les tribunaux