Tout sur Transparencia

Qui sont ceux qui travaillent dans les cabinets ministériels des gouvernements fédéral, régionaux, communautaire? D'où viennent-ils? Comment sont-ils rémunérés? Avec Cabineto.be, la nouvelle initiative d'Anticor/Transparencia, Le Vif/L'Express et Knack publient un nouveau baromètre de la transparence. Résultat: il y a à boire et à manger.

La Ville de Namur a été déboutée par la justice à la suite de son action en référé à l'encontre de Transparencia, a annoncé samedi le responsable de l'antenne locale de l'association militant pour la transparence des communes, Daniel Durvaux.

Après celui des communes bruxelloises, voici le baromètre de la transparence des cabinets des bourgmestres et échevins des grandes villes wallonnes. Résultat : une énorme disparité entre le meilleur élève, Tournai, et le bonnet d'âne, Seraing.

Depuis 2006, les mandataires publics bruxellois sont soumis à de strictes règles de transparence sur leurs mandats et leurs rémunérations. A l'heure où le parlement bruxellois crée de nouveaux textes sur la bonne gouvernance, nous avons voulu savoir, avec cinq autres médias et Transparencia, si les règles de 2006 avaient été respectées. Le résultat est navrant.

Depuis onze ans, les mandataires publics bruxellois sont soumis à des règles strictes de transparence sur leurs rémunérations. Selon l'enquête que nous avons menée, avec cinq autres médias et Transparencia, la plupart ne les ont pas respectées. Or le Parlement bruxellois s'apprête à voter de nouvelles règles plus contraignantes.Thierry Denoël-Le Vif/L'Express Enquête avec la RTBF, la VRT, La Capitale, Het Nieuwsblad et Bruzz

Le violent incendie qui a provoqué la mort d'une personne et en a brûlé grièvement deux autres, survenu dans un logement du Foyer Schaerbeekois, le mardi 17 janvier vers 6h30, a crûment remis en lumière la question de la transparence des informations en matière de sécurité incendie et de conformité gaz/électricité dans les logements publics. Selon le Parquet, cet incendie est d'origine accidentelle et serait dû à un court-circuit.

Deux ans de travaux, des logements sociaux truffés d'amiante et des inquiétudes à tous les étages : a-t-on pris des risques inconsidérés dans la rénovation de la tour Apollo 1 à Schaerbeek ? Un étrange black-out entoure le dossier. Où chacun tente d'esquiver ses responsabilités.