Tout sur trains

Mercredi, aux environs de 16h00, en début d'heure de pointe, sept trains sur dix roulaient sur les axes ferroviaires les plus importants en Flandre. En Wallonie, seuls quatre trains sur dix circulent, indique le gestionnaire de l'infrastructure Infrabel. "La situation évolue en fonction des piquets de grève, surtout dans le Hainaut", signale Nathalie Pierard, porte-parole de la SNCB.

La grève menée à l'appel de la CGSP-Cheminots a provoqué des retards de 13.158 minutes au total sur le rail vendredi, indique samedi le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel, précisant que 575 trains avaient par ailleurs été totalement supprimés et 187 partiellement.

"La pérennité même du rail est en danger si l'on ne change la culture d'entreprise au sein du groupe SNCB", a lancé la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant, vendredi après-midi lors d'une conférence de presse de présentation de sa "vision stratégique pour le rail en Belgique", approuvée par le conseil des ministres le matin même.

Eurostar devait annuler dix trains dimanche après-midi, après un nouvel incident dans le tunnel sous la Manche qui a contraint Eurotunnel à fermer l'installation pendant deux heures dans la matinée, a déclaré à l'AFP le directeur général de la compagnie ferroviaire.

Les TEC adaptent une partie de leurs horaires àpartir de dimanche en raison de l'entrée en vigueur du nouveau plan de transport de la SNCB, a rappelé samedi Stéphane Thiery, directeur marketing et porte-parole du groupe TEC.

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) souhaite supprimer les trains non rentables et les remplacer par des bus, afin de faire des économies sur le budget de la SNCB, lit-on samedi dans De Morgen.

Lorsque les nouveaux horaires de la SNCB entreront en vigueur en décembre prochain, le voyage en train durera en moyenne 4,5 minutes de plus qu'en 1990, ressort-il d'une comparaison de 369 liaisons ferroviaires effectuée par l'association de navetteurs flamande TreinTramBus, que relaie mercredi Het Laatste Nieuws.

Des conducteurs de trains de la SNCB ont débrayé spontanément ce matin à l'aube à Namur, Huy et Charleroi, rejoignant ainsi le mouvement lancé la veille dans les dépôts de Tournai, Ath, Mons et Braine-le-Comte. Des arrêts de travail sont également constatés à Bruxelles-Midi.