Tout sur torture

Le 3 février, Le Vif/L'Express publiait un éditorial de Gérald Papy sur le choc provoqué par les premières décisions et déclarations du nouveau président des Etats-Unis. Il concluait : "Passé l'incrédulité puis l'effarement, le discours postvérité ou les "faits alternatifs" revendiqués par Donald Trump et ses conseillers glacent d'effroi tant on pressent maintenant à quelles dérives ils sont susceptibles de mener."

"On court à la catastrophe": certains agents de la CIA avaient tiré la sonnette d'alarme en interne sur la torture pratiquée par l'agence de renseignement américaine après le 11-Septembre, selon des documents publiés mardi par l'agence.

Un journaliste de la BBC a vécu pendant plusieurs mois dans la ville de Mossoul avec une caméra cachée. Ses images montrent ce que vivent les gens au quotidien dans la deuxième ville d'Irak (dont la population était estimée à 1.2 million d'habitants en 2005) sous la domination de l'EI.

Le rapport du Sénat américain paru la semaine dernière ne fait pas que révéler les nombreuses atrocités commises par la CIA suite aux attentats du 11 septembre. Il révèle également que ce qui motivait réellement les agents, c'était les importantes compensations financières.

L'usage de techniques d'interrogatoire "renforcées" par la CIA dans les années 2000, et dénoncées par Barack Obama comme de la torture, n'a pas permis de déjouer des menaces imminentes d'attentats, conclut un extraordinaire rapport du Sénat immédiatement contesté par l'agence d'espionnage.

Douze Nobel de la Paix appellent le président Barack Obama à révéler l'étendue de l'utilisation de la torture par les Américains après les attentats du 11-Septembre 2001. Ils réclament la publication d'un rapport parlementaire sur les techniques d'interrogatoire employées par la CIA.

La CIA, l'agence américaine de renseignement, a torturé des suspects d'Al-Qaïda "jusqu'au seuil de la mort", a rapporté lundi le quotidien britannique Daily Telegraph citant des sources sécuritaires.

Le dernier rapport de l'ONG Human Rights Watch met en lumière l'urgence d'une réforme de la justice pénale en Irak. Les conditions d'emprisonnement y sont terribles, surtout pour les femmes.

La torture est une "pratique endémique et tenace dans un pays sur deux" dénonce dans un rapport publié mercredi l'ONG française Acat, qui souligne l'importance des "filières de formation des bourreaux" et le commerce florissant des technologies permettant cette pratique.

Les six accusés ont tous été reconnus coupables, jeudi vers 00h30, de tortures sur Latifa Hachmi (23 ans), commises lors d'une séance de Roqya en 2004. Les jurés de la cour d'assises de Bruxelles ont aussi retenu pour quatre d'entre eux, Xavier Meert, le mari de la victime Mourad Mazouj, Jamila Zian et Fatima Zekhnini, la circonstance aggravante d'avoir provoqué la mort de la victime.