Tout sur Tihange 3

Engie Electrabel compte arrêter tous les investissements liés à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Comment interpréter cette annonce et quel avenir pour l'approvisionnement énergétique en Belgique ? Entretien avec Jan Vande Putte, responsable campagnes nucléaire et énergie chez Greenpeace.

La situation sera "tendue" lors des deux premiers mois de l'année prochaine pour garantir l'approvisionnement énergétique de la Belgique admet Philippe Van Troeye, CEO d'Engie Electrabel et d'Engie Benel dans un entretien publié samedi dans L'Echo. Il assure que son entreprise prend ses responsabilités: "Je ne me suis pas encore fait à l'idée que des délestages auront lieu", affirme-t-il.

Le retour progressif des unités nucléaires sur le réseau se poursuit, indique mardi Engie Electrabel. Les travaux sur Doel 1 prendront plus de temps que prévu. Ils devraient porter l'indisponibilité de la centrale du 10 décembre 2018 au 31 janvier 2019. A l'inverse, Tihange 3 pourrait revenir plus rapidement que prévu si la méthodologie d'action proposée par Electrabel est acceptée par l'AFCN. Tihange 1 a redémarré le 12 novembre en avance sur le planning initial.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) donne son feu vert au redémarrage de Tihange 1, annonce l'institution sur son site internet. Le réacteur nucléaire est à l'arrêt depuis le 13 octobre pour maintenance.

Engie Electrabel a découvert un vice de construction au sein du réacteur nucléaire Tihange 3, à l'arrêt depuis le 30 mars, révèle jeudi Le Soir. Des anomalies au niveau des armatures du béton armé, présentes depuis la construction du bâtiment, auraient ainsi été mises au jour. Ce qui pourrait potentiellement mettre à mal la résistance de la structure.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a réprimandé pour la deuxième fois en un an Electrabel pour des problèmes de sécurité à Tihange 3, rapporte De Morgen samedi.