Tout sur Tihange 2

Le réacteur nucléaire Tihange 2 est de nouveau à l'arrêt samedi quelques heures après avoir redémarré. Il y a de nouveau un manquement technique.

Le réacteur nucléaire Tihange 2 ne doit pas être mis à l'arrêt, a décidé le tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles jeudi. Plusieurs villes, municipalités et États fédéraux allemands, néerlandais et luxembourgeois ainsi que divers groupes d'action avaient demandé à la justice d'annuler la décision de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) de redémarrer le réacteur.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), à qui une délégation d'associations citoyennes a remis une pétition d'un demi-million de signatures en faveur de la fermeture des réacteurs fissurés Tihange 2 et Doel 3, maintient sa position: "la sûreté de ces deux réacteurs est garantie", a affirmé vendredi le porte-parole du gendarme nucléaire, Sylvain Jonckheere.

Le conseil communal de Liège a voté lundi soir une motion réclamant la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3, vu "la multiplication des informations alarmantes" à leur sujet, ainsi que le respect du calendrier prévu pour la sortie du nucléaire, à savoir 2025.

"Tous les lundis en conseil de parti, je vous dis de ne pas parler de ça ! Tous les lundis !" Le président du MR, Olivier Chastel (et son Premier ministre) étai(en)t remonté(s), à la Chambre, le 14 décembre dernier, contre le député Benoît Friart.

Plusieurs communes et régions voisines de la Belgique, situées dans la région frontalière de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Grand-Duché de Luxembourg, ont officiellement entamé jeudi une procédure devant le tribunal de première instance de Bruxelles contre Tihange 2.

Le réacteur nucléaire Tihange 2 a, à son tour, été mis à l'arrêt tôt vendredi matin, après que l'unité 1 l'eut déjà été mercredi soir, a-t-on appris auprès d'Engie Electrabel. L'avarie, dont la cause n'est pas encore connue, nécessite une intervention sur le générateur de vapeur, qui se trouve hors zone nucléaire. Il n'y a donc aucun risque pour la population, rassure l'exploitant de la centrale.

Le réacteur Tihange 2, mis à l'arrêt jeudi après-midi en raison d'une opération de maintenance, a redémarré samedi en début de soirée. "Tihange 2 est de nouveau sur le réseau depuis 19h16", a précisé Serge Dauby, porte-parole de la centrale nucléaire de Tihange.

Un éventuel redémarrage des réacteurs Doel 3 et Tihange 2, à l'arrêt après la découverte de microfissures sur l'acier de leur cuve, n'interviendra pas avant au minimum "plusieurs mois", ressort-il d'une mise à jour publiée jeudi sur son site internet par l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

Le nombre de microfissures détectées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 est passé respectivement de 8.062 en 2012 à 13.047 en 2014 et de 2.011 à 3.149. La taille maximale de ces microfissures atteint quant à elle 17,9 centimètres à Doel et 15,4 centimètres à Tihange, ressort-il des chiffres communiqués par Electrabel mercredi en sous-commission sécurité nucléaire de la Chambre.