Tout sur Thomas Pesquet

L'agence spatiale européenne (ESA) doit décider ce jeudi de ses futurs investissements, lors d'une réunion décisive pour le Vieux continent qui entend rester un géant de l'espace sur une scène internationale bouleversée par l'apparition des nouveaux acteurs et une montée en puissance américaine et chinoise.

Le premier animal élevé et consommé dans l'espace pourrait bien être un poisson. Deux centres de recherche français planchent sur un singulier projet d'élevage en aquaculture en milieu spatial. La phase 2 de Lunar Hatch démarre cet automne, avant un lancement d'oeufs de poisson vers l'ISS, espéré en 2021.

Excellent communicant, le spationaute Thomas Pesquet, 41 ans, a contribué au regain d'intérêt du grand public pour la conquête spatiale. Son retour à bord de la station internationale, où il a déjà passé six mois, est prévu à l'horizon 2021, et il se verrait bien participer aussi à une future mission sur la Lune. Alors que des chercheurs lui demandent, pour des raisons écologiques, de se prononcer contre le tourisme spatial et les projets de vols vers Mars, lui-même reconnaît que l'urgence est de sauver la Terre.