Tout sur Theresa May

En quelques mois, le Premier ministre conservateur a surmonté tous les écueils sur lesquels Theresa May avait buté. Le Brexit aura bien lieu le 31 janvier. Mais sera-ce au prix de l'unité du Royaume ?

Charismatique et clivant, le Premier ministre britannique Boris Johnson a réussi mardi à progresser vers son but avec la convocation d'élections anticipées qu'il espère gagner pour pouvoir enfin mettre en oeuvre le Brexit, voté il y a plus de trois ans par les Britanniques.

" Sortir le 31 octobre, quoi qu'il arrive ". C'est ce qu'avait martelé Boris Johnson dès le début de son mandat de Premier ministre. Mais depuis, et comme toujours avec le dossier du Brexit, les choses se sont compliquées. Partira, partira pas ? On fait le point.

La saga du Brexit, qui a connu au Parlement britannique un développement shakespearien promis à ne pas être le dernier, fournit une belle illustration de l'instrumentalisation contemporaine de la notion de peuple.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson souhaite poster 20.000 agents de police supplémentaires dans les rues pour "combattre sévèrement le crime", a-t-il annoncé dimanche dans une tribune du journal "Mail on Sunday". Sur Twitter, le dirigeant conservateur a également promis 10.000 places supplémentaires dans les prisons.

Le gouvernement Johnson vise un Brexit sans accord le 31 octobre, ont confié plusieurs diplomates européens au quotidien britannique The Guardian, après une rencontre la semaine dernière avec le négociateur britannique David Frost. "Un no deal semble désormais être le scénario de base pour Londres", a estimé l'un d'entre eux.