Tout sur Theo Francken

De nombreuses questions restent sans réponse dans l'affaire Chovanec, du nom de ce ressortissant slovaque mort en 2018 à l'aéroport de Charleroi suite à une intervention policière musclée. Ce mercredi, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) et le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) tenteront de répondre aux questions sur le comportement de la police et de la justice dans cette affaire.

Le vote de la loi sur la dépénalisation de l'IVG a été une quatrième fois reporté ce jeudi. Ces débats autour de l'avortement ont surtout soulevé une nouvelle question : pourquoi tant de tensions ? Pour (re)conquérir un électorat conservateur ?

Le président du PS Paul Magnette a confirmé dimanche que la crise du coronavirus avait à ses yeux fait tomber des tabous à droite sur les soins de santé et la politique budgétaire. Mais pour envisager un accord avec la N-VA comme l'ont encore réclamé Jan Jambon et Theo Francken ce week-end, il faudrait que la N-VA rejoigne plusieurs "grands combats", a-t-il prévenu non sans scepticisme.

L'ancien secrétaire d'Etat Theo Francken affirme à nos confrères de Knack que l'échec d'un gouvernement fédéral alliant PS et N-VA est dû au fait que les présidents du PS et du MR se neutralisaient constamment. Bart de Wever, estime-t-il, aurait dû être Premier ministre.

La Première ministre, Sophie Wilmès, demandera mardi à 14h la confiance à la Chambre des représentants après être passée chez le Roi, a-t-on appris lundi à l'issue d'une réunion de près de 5 heures qui a rassemblé au Lambermont, outre Mme Wilmès, les vices-Premiers ministres et les présidents ou émissaire des dix partis qui ont souscrit à l'accord conclu dimanche soir.

"Avec Vivaldi ce sera l'immobilisme pendant 4 ans. Et la majorité ne sera pas stable du tout", a déclaré samedi dans la Libre Belgique et la Dernière Heure, Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration N-VA qui promet une "opposition très dure comme on en a encore rarement vu" si une telle coalition gouvernementale voyait le jour.

Theo Francken, ex-secrétaire d'État et actuel député N-VA, a estimé mardi matin au micro de La Première (RTBF) qu'une coalition Vivaldi associant les socialistes, les libéraux, les écologistes et le CD&V serait, au niveau fédéral, "la partition parfaite pour la fin de la Belgique". Vivaldi, ce sont sept partis avec des positions parfois divergentes (il prend l'exemple de la... régularisation des sans papiers), qui devront faire face à l'opposition de la N-VA, souligne-t-il.

Depuis que Koen Geens a été chargé d'une mission royale, il semble que le CD&V soit de retour. Les démocrates-chrétiens continuent à jouer dans la cour des grands. Peu à peu ils font ce qu'ils faisaient autrefois : diriger.

La semaine dernière, l'Enquête sociale européenne révélait que les Wallons ne sont pas moins racistes que les Flamands, une réalité qui politiquement ne se traduit pas du tout de la même manière dans le nord et le sud du pays. Explications avec le professeur en sociologie Marco Martiniello (Université de Liège).