Tout sur Texas

À l'aube de la Fête nationale du 4 juillet, les contaminations battent des records aux États-Unis. Une quinzaine d'États imposent de nouvelles mesures pour lutter contre l'épidémie avant un long week-end férié censé être festif. De son côté, Trump admet finalement que porter un masque est une bonne idée. Le point sur la situation outre-Atlantique où l'épidémie est loin d'être terminée.

Le docteur américain Anthony Fauci, expert des maladies infectieuses, a admis dans une interview au Washington Post publiée vendredi que les Etats-Unis devraient changer d'approche pour endiguer la pandémie de Covid-19, en pleine résurgence dans une vaste partie du pays.

Alors que Donald Trump agit comme si la crise était terminée, l'épidémie de coronavirus reprend de l'ampleur outre-Atlantique. Les experts du gouvernement estiment que 20 millions d'Américains pourraient avoir contracté le virus, soit dix fois plus que les chiffres officiels.

D'un bout à l'autre des Etats-Unis, plus d'une douzaine d'Etats enregistrent en ce moment leur plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, mais Donald Trump et de nombreux responsables locaux refusent tout alarmisme et excluent un nouveau confinement.

Le Texas a rouvert vendredi ses restaurants et centres commerciaux au lendemain de la journée la plus meurtrière du coronavirus dans l'Etat: un paradoxe qui résume la situation des Etats-Unis, où le déconfinement gagne du terrain sans que l'épidémie ait entamé un vrai reflux.

Confectionner son propre gel hydroalcoolique avec de la vodka ne sert à rien pour combattre le coronavirus, a mis en garde un fabricant américain de cette eau-de-vie en réponse à un internaute qui avait partagé sa recette artisanale.

Face au favori Bernie Sanders, l'ancien vice-président Joe Biden se présente mardi renforcé pour le "Super Tuesday", étape déterminante des primaires démocrates aux Etats-Unis, après le ralliement de trois anciens rivaux centristes.

Après un goutte-à-goutte de scrutins, les primaires démocrates prennent une toute autre ampleur mardi avec l'avalanche de votes du "Super Tuesday", qui pourrait avoir un impact décisif sur la course pour désigner le rival du président républicain Donald Trump en novembre.