Tout sur terroriste

Un juge bruxellois a refusé la semaine dernière de placer un homme en détention, bien que celui-ci ait été condamné pour avoir participé aux activités d'une organisation terroriste et qu'il ait précédemment avoué avoir décapité une personne en Syrie, rapporte Het Laatste Nieuws lundi.

Gardes à vue prolongées, perquisitions de nuit, bracelet électronique : la Belgique, souvent taxée de laxisme depuis les attentats de Paris, veut muscler son arsenal législatif antiterroriste, mais les mesures envisagées tardent à être mises en place.

Une dizaine d'assaillants, plusieurs inconnus, un suspect-clé introuvable. Les enquêteurs tentent d'identifier et de dénombrer l'ensemble des participants et complices des attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts et quelque 350 blessés.

Dix terroristes sont morts lors des attentats le 13 novembre à Paris et durant l'opération policière cinq jours plus tard à Saint-Denis. À l'heure actuelle, leurs corps sont encore examinés, mais la question se pose de ce qu'il adviendra de leurs dépouilles.

" La guerre impose de regarder en face des réalités pénibles ", avertissait la semaine dernière dans ces colonnes le philosophe Marcel Gauchet. Nos dirigeants seraient-ils intellectuellement incapables de dépasser leurs obsessions partisanes et électoralistes (en Belgique) et leurs susceptibilités égotistes (de Paris à Bruxelles) pour se plier à cet exercice douloureux mais vital ?

Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris tué mercredi pendant l'assaut des forces de police à Saint-Denis, est une figure du jihadisme passé par le théâtre de guerre syrien avant de revenir narguer les polices européennes qui ont finalement stoppé son sanglant parcours.

Gardes du corps. Cordons de sécurité. Portes blindées. Vitres pare-balles. Sous les lambris des palais ou sous les flashs des photographes, les têtes couronnées sont soumises depuis toujours à de rigoureuses règles pour assurer leur sécurité. Quitte à entraver leur intimité. Le dossier de Royals.