Tout sur Téhéran

L'Iran continue de respecter ses engagements liés à l'accord nucléaire conclu en 2015 avec les grandes puissances, affirme l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un rapport trimestriel rendu public lundi, une semaine après l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions américaines contre Téhéran.

Le président iranien Hassan Rohani a promis de "contourner fièrement" les nouvelles sanctions américaines, entrées en vigueur lundi et qui visent spécifiquement les secteurs pétrolier et financier iraniens, vitaux pour l'économie du pays.

Six mois après avoir claqué la porte de l'accord sur le nucléaire iranien, les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils rétabliraient lundi leurs sanctions les plus draconiennes contre Téhéran, visant le pétrole et les banques, mais les doutes persistent sur cette campagne controversée de "pression maximale".

Six mois après avoir claqué la porte de l'accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump rétablit lundi les dernières sanctions contre Téhéran, les plus draconiennes, mais les doutes persistent sur l'objectif final de cette campagne de "pression maximale" américaine.

Dans un discret entrepôt du centre de Londres sommeillent des milliers de peintures, gravures et dessins attendant d'être envoyés aux quatre coins du globe, une vraie caverne d'Ali Baba qui rassemble les outils du "soft power" (politique d'influence) britannique.

Le Premier ministre belge Charles Michel et son ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, se sont dits mardi renforcés dans leur conviction que la Belgique et l'Europe doivent continuer à plaider en faveur du multilatéralisme à l'échelon mondial.

Téhéran a protesté officiellement dimanche auprès des Émirats arabes unis contre des "propos insultants" qu'aurait tenus un responsable de ce pays à propos de l'attentat ayant endeuillé l'Iran samedi, selon l'agence semi-officielle iranienne Isna.

"Massacre", "bain de sang" et menaces américaines. Les mises en garde se sont multipliées contre la perspective d'un assaut du régime contre Idleb, le dernier grand bastion rebelle et jihadiste en Syrie, à deux jours d'un sommet décisif à Téhéran.