Tout sur taxe kilomètrique

"Le système fonctionne et nous avons les chiffres pour le prouver", réagit vendredi Benoît Lempkowicz, porte-parole de Satellic, la société responsable du système de prélèvement kilométrique pour les camions. Une cinquantaine de transporteurs routiers ont décidé d'attaquer la taxe kilométrique devant le tribunal de première instance à Bruxelles, rapporte L'Echo vendredi.

Ceci n'est pas le compte Twitter de " Taxe Kilomètre ", un soi-disant " Collectif des petits transporteurs " opposé à la nouvelle redevance régionale imposée aux poids lourds. C'est, en réalité, le compte du député indépendant André Pierre Puget, ex-membre du Parti populaire dont il était le seul représentant au parlement wallon.

Les barrages routiers ont été levés en Wallonie après l'annonce par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon de l'ordre donné à la police fédérale de mettre fin à ceux-ci, à l'issue d'une réunion au Centre de crise du SPF Intérieur avec les gouverneurs des provinces wallonnes.

Après une seconde journée de blocage de la circulation dans la région de Tournai, essentiellement au niveau de l'échangeur entre les autoroutes A8 et A17, la situation ne va guère évoluer cette nuit, indique-t-on à la police de Tournai. Les usagers devraient à nouveau connaître des embarras de circulation mercredi matin dans le Hainaut occidental.

Les camions de plus de 3,5 tonnes circulant en Flandre devront payer une redevance calculée en fonction du kilomètre parcouru à partir du 1er avril 2016. Celle-ci se situera entre 0,074 euro/km et 0,2 euro/km, a annoncé mardi le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts.

Le ministre wallon de la Mobilité Carlo Di Antonio a rejeté lundi l'idée d'une taxation au kilomètre des véhicules légers telle qu'avancée par son homologue flamand Ben Weyts, lui préférant une vignette déductible de la taxe de circulation.

Une pétition en ligne, lancée vendredi matin, contre le projet de taxe kilométrique comptait déjà près de 40.000 signatures samedi à 22h00. "Il est inadmissible que nous soyons obligés de payer pour nous déplacer au travail ou encore rendre visite à notre famille, nos proches ou nos amis", indique Jean-Michel Libotte, l'auteur de cette pétition.