Tout sur tax-shift

Van Overtveldt vante le tax shift sans permission

Le ministre des Finances N-VA n'a pas demandé au Parlement son avis pour encenser les bienfaits du tax shift en annexe des déclarations fiscales 2016. L'opposition PS et Ecolo rejoints par le cdH pointe le manquement et lui demande des comptes.

Le tax-shift vendu au contribuable

A la déclaration fiscale cuvée 2016, Johan Van Overtveldt, le ministre N-VA des Finances n'a pu résister au plaisir d'y joindre un feuillet cacheté de son cabinet et signé de sa main.

Le VAB dénonce "une politique anti-diesel"

La hausse des accises sur le diesel signifiera un coût supplémentaire de 95 à 133 euros par an d'ici 2018 pour les consommateurs de ce produit, a calculé le VAB, qui dénonce cette politique "anti-diesel".

Tax-shift : tout reste à faire...

Le gouvernement n'était pas peu fier de présenter son tax-shift. La baisse des charges patronales aura bien lieu. Reste à voir quel impact cela aura sur l'emploi. Pour le reste, difficile de parler de révolution fiscale. Décryptage à chaud, avec nos experts.

Le tax shift "ne rencontre pas une volonté de justice fiscale"

Avec le glissement fiscal ou "tax shift" décidé jeudi, le gouvernement fédéral "s'en prend une fois de plus aux travailleurs, aux allocataires sociaux et aux familles", réagit la FGTB. Pour le syndicat socialiste, ce tax shift "ne rencontre pas du tout une volonté de justice fiscale".

Les principaux ministres se lancent à la recherche de 1,760 milliard d'euros

Les principaux ministres du gouvernement fédéral se retrouvent samedi et dimanche, à nouveau dans un endroit tenu secret, pour poursuivre l'ajustement du budget pour 2015 et les préparatifs de l'établissement du budget de l'année prochaine dans le respect des engagements de retour à l'équilibre pris envers l'Union européenne à l'horizon 2018, tout en évoquant un éventuel "tax shift".

Le monde chrétien réclame une "plus grande justice fiscale"

Le Mouvement ouvrier chrétien (MOC), Beweging.net et leurs organisations constitutives, dont la CSC et la Mutualité chrétienne, donnent deux semaines au gouvernement fédéral pour annoncer un véritable glissement structurel de la fiscalité.