Tout sur Système judiciaire

La cour d'appel de Liège a prononcé un arrêt dans le dossier de Jean-Charles Luperto. Elle ordonne la réouverture des débats au 8 septembre prochain. C'est le parquet général qui a sollicité cette réouverture des débats en raison de l'existence d'un nouveau témoignage. Un élément nouveau qui porterait sur la manière dont l'enquête a été réalisée et qui pourrait être favorable à Jean-Charles Luperto.

Sollicité par le ministre Koen Geens pour donner son avis fissa sur un projet visant des changements d'envergure en matière judiciaire, le Conseil supérieur de la justice renvoie le ministre de la Justice à ses chères études. Du jamais vu.

Deux experts, dont le juge Damien Vandermeersch, ont claqué la porte de la Commission de réforme pénale instituée par le ministre Geens. La réforme annoncée n'aura pas lieu. Cela sent le gâchis...

Dans son livre Radicaliser la justice, la juge namuroise dénonce l'industrialisation de la justice par un pouvoir politique aveugle et revanchard. Elle propose une révolution culturelle de la magistrature et un changement radical de notre système judiciaire. Rien que ça... Le Vif/L'Express l'a lu, en primeur, pour vous.

L'accès à la justice est inscrit dans la Constitution [1] et est reconnu comme un droit fondamental de la personne humaine. Dans une société démocratique, les citoyennes et citoyens doivent pouvoir se défendre et faire valoir leurs droits. Mais est-ce réellement encore le cas actuellement ?

Le théologien musulman suisse Tariq Ramadan, incarcéré depuis son inculpation pour viols, a fait appel de sa détention provisoire, un recours qui sera examiné jeudi par la cour d'appel de Paris, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

Alors que la Chambre prépare un nouveau texte de loi, les procureurs généraux ont enfin consenti à lui fournir des chiffres sur la transaction pénale élargie. Il y en a eu près de mille en six ans et elles ont rapporté gros.

Le milliardaire Ouzbeko-Belge est interrogé cet après-midi par la Commission d'enquête parlementaire sure le Kazakhgate. Une audition particulière vu son refus de se rendre en Belgique.

L'étrange démarche d'Armand De Decker auprès de l'Elysée et des renseignements français, en mars 2011, fait désormais l'objet d'une enquête au parquet de Paris. En Belgique, par contre, la justice ne s'est pas (encore ?) intéressée à ce volet troublant du Kazakhgate.Par Thierry Denoël - Enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard) et Yann Philippin (Mediapart)