Tout sur Syndicats

Le nouveau président par intérim de la FGTB, Thierry Bodson, a annoncé mercredi qu'il serait candidat à un mandat de plein exercice lors de l'élection prévue en septembre pour remplacer Robert Vertenueil, évincé pour avoir perdu la confiance des instances du syndicat socialiste.

L'extrême gauche a créé au sein de la FGTB un climat hostile à la démarche réformiste de Robert Vertenueil. Celui-ci n'a pas été victime d'un "grand complot". Seulement de l'air du temps PTBiste.

La FGTB Liège-Huy-Waremme n'est pas ravie de voir que le PS décide de faire alliance avec le MR dans certaines communes, dont Verviers ou Huy. Du coup, indique le quotidien La Meuse mardi, elle menace de reprendre au Parti Socialiste quatorze bâtiments qu'elle lui loue par son ASBL Les Travailleurs réunis.

Les droits syndicaux et les libertés syndicales font de plus en plus l'objet d'attaques "massives et incessantes" du patronat ou du monde politique, a constaté jeudi la FGTB lors d'une concentration de militants. Le syndicat a formulé plusieurs pistes afin de renforcer ces libertés, notamment la condamnation des abus et l'exclusion des actions syndicales de l'ensemble du code pénal.

Le syndicat socialiste ACOD (CGSP) fera aussi grève dans les services fédéraux le 30 avril prochain. Selon le secrétaire Services publics ACOD, Gino Hoppe, la journée du 30 avril ne sera pas un point final aux actions. "Ce ne sera pas une grève unique. Il y a un manque total de respect pour les fonctionnaires", dit-il.

Plus de la moitié des travailleurs belges (54,2%) étaient membres d'un syndicat en 2015, chiffre le plus récent, selon des statistiques compilées par Kurt Vandaele, chercheur à l'European Trade Union Institute (Institut européen des syndicats).

L'actuel secrétaire général de la FGTB Robert Vertenueil succédera en juin à Rudy De Leeuw au poste de président du syndicat socialiste. La Limbourgeoise Miranda Ulens deviendra alors la numéro deux, affirment samedi les quotidiens De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg.

L'année avait bien commencé avec la conclusion d'un accord interprofessionnel, le premier depuis neuf ans : une augmentation des salaires, sur deux ans, de 1,1 %, hors indexation et augmentations barémiques... Depuis, ce ne sont pas tant employeurs et syndicats qui s'étripent que syndicats et gouvernements.

Tiraillé entre les partisans et les adversaires d'une régionalisation accrue, et entre certains Flamands et francophones, le syndicat socialiste joue de plus en plus à l'équilibriste. Les donnes socio-politiques différentes au Nord et au Sud du pays font tanguer le navire rouge. Chamboulements en vue ?

En poste depuis près de dix ans, le patron de la FGTB wallonne ne cesse de monter en puissance. Son récent appel à la constitution d'une union des gauches après 2019 a donné des frissons au PS. Preuve qu'on peut être syndicaliste et socialiste sans être au garde-à-vous...

Le syndicat socialiste FGTB soutient la grève de la CGSP prévue le 10 octobre dans les services publics, mais n'appelle pas à étendre la journée d'action au secteur privé. Après une réunion du comité fédéral mardi, le syndicat indique ne pas déposer, pour l'instant, de préavis de grève générale.

"Les politiques menées actuellement cassent le mécanisme de partage de la richesse et le modèle de concertation à la belge", a affirmé lundi Robert Vertenueil, le secrétaire général de la FGTB, en marge de la présentation du baromètre socio-économique 2017 du syndicat socialiste.

Un préavis de grève a été déposé pour jeudi par l'intercommunale Publifin ainsi que sa filiale Nethys, a annoncé Gaston Merkelbach, secrétaire général liégeois de la CSC Services publics. Ce dernier a confirmé la tenue d'une action, en front commun avec la CGSP, dès jeudi, sans en préciser encore la nature.