Tout sur surpoids

Si cela fait un bon moment que vous avez abandonné le jogging et que vous traînez quelques kilos en trop, vaut-il mieux d'abord vous remettre au sport ou commencer par perdre du poids ? La réponse est certes loin d'être simple... mais il semblerait que développer et entretenir sa forme physique soit à la fois plus utile et nettement plus simple que de perdre définitivement du poids.

Alors que chacun ne sait que trop bien que pour maigrir il faut faire de l'exercice et manger moins, de plus en plus de personnes souffrent de surpoids. Face à ce constat, une nouvelle étude affirme que la psychologie joue un rôle essentiel dans la perte de poids.

Les personnes en surpoids perdent en moyenne un an d'espérance de vie, un lourd tribut qui s'accroît avec les kilos en trop et peut atteindre dix ans en cas d'obésité sévère, révèle une vaste étude publiée jeudi dans The Lancet.

En 2014, il y avait 1,9 milliard de personnes atteintes de surpoids dans le monde, dont 600 millions d'obèses. D'après une équipe de chercheurs des universités d'Adélaïde, Central Queensland et d'Australie-Méridionale, l'emploi que l'on exerce peut déterminer les risques d'obésité.

Les militaires belges ont en moyenne un indice de masse corporelle (IMC) de 26,3 kg/m2, ce qui signifie qu'ils sont en surpoids, a indiqué le ministre de la Défense, Steven Vandeput, en réponse à une question parlementaire écrite.

Vous avez l'intention d'arrêter de fumer, mais vous craignez les kilos supplémentaires ? Votre crainte n'est pas infondée, car la majorité des gens qui arrêtent de fumer prennent effectivement du poids. Selon une étude, les ex-fumeurs prennent entre 3 et 9 kilos en moyenne dans les huit ans après qu'ils aient arrêté de fumer. Dix pour cent d'entre eux grossissent même de 10 kilos.

Plus de la moitié des Européens (53 pc) sont en surpoids, ressort-il d'un nouveau rapport de la Commission européenne et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La crise financière a probablement contribué à la montée de l'obésité, suggère le document.

Près d'un demi-million de nouveaux cas de cancers par an dans le monde chez les adultes peuvent être attribués au surpoids et à l'obésité, estime une étude publiée jeudi dans la revue médicale spécialisée The Lancet Oncology.

Le Belge moyen pourrait gagner trois années de vie saine en réduisant son tour de taille de 10%, ressort-il mardi d'une enquête réalisée par l'unité de Médecine générale de la VUB. Ces chiffres sont basés sur la participation volontaire de 720 visiteurs du Salon de l'Alimentation, à Bruxelles, à un test proposé sur place par l'université bruxelloise.

On a assisté entre 2008 et 2012 à une augmentation importante de la proportion de mères en surpoids, du taux de diabète et des taux élevés d'induction de l'accouchement (déclenchement artificiel du travail) en Wallonie et à Bruxelles, révèlent les données collectées par le Centre d'Epidémiologie Périnatale (CEpiP).

Longtemps cantonnée aux pays développés, l'épidémie de surpoids et d'obésité touche désormais 2,1 milliards de personnes, soit près de 30% de la population mondiale, dont plus de 62% dans des pays en développement, selon une étude publiée jeudi.

D'après un institut de recherche britannique, 1,46 milliard de personnes sont en surcharge pondérale dans le monde. Dans les pays en développement, leur nombre aurait presque quadruplé entre 1980 et 2008.

Selon une étude de la VUB, réalisée au Salon de l'Alimentation auprès de 300 enfants, la moitié des écoliers souffrent de surpoids. Les chercheurs estiment qu'"il est grand temps de tirer la sonnette d'alarme".

"Le sport ne fait pas maigrir" a déclaré le professeur Klaas Westerterp lors de son discours d'adieu après une longue carrière féconde à l'Université de Maastricht. Selon lui, la majorité des personnes qui s'entraînent consomment plus d'énergie, mais mangent davantage et neutralisent l'effet de l'exercice.

La préparation physique des militaires belges laisserait à désirer. Selon des chiffres de la Défense, l'indice moyen de masse corporelle (IMC) des soldats était de 26,8 l'an dernier, soit un léger surpoids.