Tout sur Suisse

Les avancées sur le vaccin Pfizer/BioNTech, les dernières phases d'un vaccin en Espagne, l'appel de l'armée en Suisse, les manifestations dispersée à Berlin, un confinement en Australie, la France "loin d'un confinement", l'état d'urgence prolongée au Portugal, on fait le point sur l'évolution de la pandémie mondiale de Covid-19.

En Suisse, après une première vague relativement clémente, la situation épidémiologique s'est fortement détériorée. D'après le biostatisticien Geert Molenberghs, cette détérioration révèle que les voyages restent le moteur principal de la pandémie de coronavirus.

Davantage de zones sont passées au code rouge sur la carte du SPF Affaires étrangères renseignant les conseils aux voyageurs de retour en Belgique, en plein rebond de l'épidémie de coronavirus, a indiqué vendredi la porte-parole du service public Marie Cherchari.

Hormis la Belgique, la Suisse, pourtant considérée comme un modèle de gestion efficace, a également perdu le contrôle de la pandémie de Covid. "Cela montre qu'il est inutile d'en faire une compétition de pays", déclare le virologue Marc Van Ranst.

Le testing massif a souvent fait ses preuves pour lutter contre la Covid : Chine, Corée du Sud, Suisse, Singapour... La vitesse du testing, et surtout la capacité de ces pays à l'articuler avec le reste de la chaîne "Isoler-Tester-Tracer" ont joué un rôle décisif. Mais en Belgique, cette stratégie du "toujours plus" échoue, et les laboratoires et médecins généralistes sont aujourd'hui submergés par la demande. Les ministres compétents se rencontrent ce lundi pour revoir complètement leur plan d'attaque.

"Il est difficile d'imaginer une situation plus pénible qu'aujourd'hui, à moins qu'une armée étrangère n'envahisse la Belgique. Mais même aujourd'hui, la politique ne parvient pas à former un gouvernement de plein exercice", déclare l'historienne belgo-suisse Caroline Sägesser.

Fort de ses dix-huit communautés confessionnelles reconnues, le Liban s'est bâti sur un modèle alambiqué et fragile de répartition du pouvoir politique.

Vert, orange, rouge... la Belgique définit certaines zones d'Europe comme étant " à risques " pour le coronavirus, dans le sens des départs et des retours. Mais la communication autour de ce système n'est pas toujours claire, ses critères posent question et fâchent certains pays concernés. Face à la confusion, le Celeval envisage une modification du code couleur.