Tout sur Suède

L'épidémiologiste Luc Bonneux et le philosophe scientifique Maarten Boudry se penchent sur la lutte contre le coronavirus et la stratégie à adopter: faut-il choisir celle d'Emmanuel Macron ou celle de Jean-Luc Dehaene ?

Contrairement à la plupart des autres pays européens, la Suède n'impose pas de confinement à sa population pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Six semaines après le début du confinement en Belgique, comment le pays scandinave fait-il face au coronavirus ? Le point.

La prévention doit être un aspect central de notre réponse sanitaire à la pandémie de coronavirus, tant pour enrayer la propagation du virus, que pour faire face aux conséquences sociales de la crise. Si de nombreux pays ne sont pas à la hauteur, c'est principalement la conséquence de l'organisation des soins de santé. Cela démontre l'importance d'un système de soins de santé public fort.

À quelques jours du prochain Conseil national de sécurité consacré au déconfinement de la Belgique, deux chercheurs de l'Université de Namur ont étudié les scénarios possibles de la sortie de crise. Ce qui semble d'ores et déjà certain, c'est qu'on ne retournera pas à la normale avant plusieurs mois.

Outre le développement de notre immunité face aux virus, largement évoqué en ces temps de Covid-19, "la capacité de guérir efficacement les blessures est la clé de notre survie en matière d'évolution", à en croire Artur Schmidtchen, professeur de dermatologie et de vénérologie à l'université de Lund, en Suède. Avec son équipe, il a développé un nouvel hydrogel capable de prévenir et de traiter les infections des plaies.

Libérations anticipées, appels gratuits pour compenser la suspension des visites: les pays européens tentent de désamorcer la situation potentiellement explosive dans leurs prisons souvent surpeuplées, où le coronavirus représente un danger sanitaire et suscite tensions, voire émeutes.