Tout sur Suède

"Pour le moment, les voyages non essentiels doivent être restreints": les dirigeants des 27 États membres de l'Union européenne ont souligné jeudi soir, dans une déclaration commune, qu'il n'est pas encore temps pour l'Europe de relâcher la bride dans son combat contre le coronavirus.

Les lois antireligieuses interdisant l'abattage rituel ou criminalisant la circoncision menacent aussi sûrement l'avenir des Juifs d'Europe que le terrorisme islamiste, affirme le président de la Conférence des rabbins européens, Pinchas Goldschmidt.

Tant que la clarté ne sera pas faite sur le nombre exact de doses pouvant être obtenues à partir d'un flacon du vaccin de Pfizer/BioNTech contre le coronavirus, la Suède suspendra ses paiements à la société pharmaceutique, rapporte mardi le journal Dagens Nyheter, sur la base de déclarations de l'épidémiologiste Anders Tegnell.

La Suède, qui a mené une stratégie moins stricte qu'ailleurs contre le Covid-19, a voté vendredi à une large majorité une loi dotant temporairement le gouvernement de nouveaux pouvoirs contre l'épidémie, permettant notamment de fermer restaurants et commerces pour la première fois.

"Je crois que nous avons échoué", a déclaré le roi Carl XVI à propos de la pandémie de son pays à l'heure où la Suède déplore près de 8.000 morts et affiche l'un des taux de contamination les plus élevés d'Europe. "Souvent, les personnes de plus de 80 ans meurent sans même avoir vu un médecin", déplore Nele Brusselaers, épidémiologiste belge à Stockholm.

Dans les journées déjà redoutablement courtes de l'hiver nordique en Scandinavie, le soleil n'a pas pointé une seule fois son nez à Stockholm en décembre. Plus au nord, le soleil s'est couché et ne reviendra qu'en 2021.

Sur le continent européen, la Finlande est le pays qui a le mieux maîtrisé l'épidémie de covid : le taux de décès est en effet le plus bas de l'UE. Mais comment ce pays scandinave est-il parvenu à contenir efficacement la deuxième vague ? Explications.