Tout sur Strasbourg

Retranché dans un quartier du sud de Strasbourg, qui l'a vu grandir, depuis son périple meurtrier sur le marché de Noël de la ville mardi, Chérif Chekatt a été tué par une patrouille de police jeudi soir, pris dans les mailles d'un dispositif exceptionnel.

Des témoins de l'attaque à Strasbourg mardi soir ont entendu l'assaillant crier "Allah Akbar", a indiqué mercredi le procureur de Paris, Rémy Heitz, ajoutant que "quatre proches" du suspect toujours en fuite, Chérif C., étaient en garde à vue.

"La motivation terroriste" de l'attaque de Strasbourg, qui a fait deux morts et 14 blessés, "n'est pas encore établie" mercredi matin, a déclaré sur France Inter le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez, invitant à la "plus grande prudence" sur la qualification des faits. Selon les médias de l'Hexagone, l'auteur est Chérif C., né à Strasbourg et âgé de 29 ans.

Selon l'OCAM, qui coordonne l'analyse de la menace en Belgique, il n'existe aucun lien entre la fusillade de Strasbourg et notre pays, a assuré mercredi matin le ministre de la Justice Koen Geens dans l'émission De Ochtend sur Radio 1. En d'autres mots, l'adaptation du niveau de sécurité n'est pas à l'ordre du jour.

La Commission européenne a durci mardi son bras de fer avec la coalition populiste au pouvoir en Italie en rejetant son projet de budget 2019, une première dans l'histoire de l'UE, a-t-on appris auprès d'une source européenne.

Le projet de réforme des droits d'auteur, dont le vote s'annonce serré mercredi au parlement européen, est un élément essentiel dans un combat visant à garantir la souveraineté de l'Europe face aux enjeux de l'environnement numérique, affirment dans une tribune huit ministres européens de la Culture, dont la belge francophone Alda Greoli.