Tout sur Steven Van Gucht

Les derniers chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano publiés samedi matin semblent confirmer ce que le virologue Steven Van Gucht avait déclaré vendredi au sujet de la quatrième vague: "le pic a été atteint". Les nombres de nouvelles contaminations et d'admissions à l'hôpital n'augmentent que légèrement, respectivement de 4 et 2% sur une base hebdomadaire.

Il était censé permettre un redémarrage des secteurs en toute sécurité. Mais le Covid "Safe" Ticket n'a pas eu l'effet escompté. D'abord repoussé. Adopté et vanté ensuite, puis requestionné. Il est passé par tous les stades. Aujourd'hui, le retour des restrictions "à l'ancienne" sonne comme un aveu d'impuissance stratégique. Et la confiance du citoyen s'en retrouve encore plus érodée. Chronique d'une débandade.

La vaccination réduit de manière exponentielle le risque de mourir du Covid-19: les personnes non-vaccinées dans la tranche d'âge des 55 à 64 ans risquent 50 fois plus d'y succomber que les personnes immunisées par un vaccin, ressort-il d'un nouveau rapport de l'Institut de santé publique Sciensano, cité dans le Belang van Limburg vendredi.

Face à la flambée de contaminations et à la hausse du nombre de patients admis en soins intensifs, certaines voix s'élèvent en faveur d'un confinement, un scénario cauchemar que les Belges espéraient ne plus jamais revivre. Marc Van Ranst et Geert Molenberghs plaident en faveur de mesures plus strictes.

Avec les chiffres actuels, nous sommes en route pour atteindre les 1.000 lits occupés, voire plus, par des patients corona dans les unités de soins intensifs, a confié lundi le virologue Steven van Gucht à l'Agence Belga. "J'espère que nous verrons bientôt l'impact des dernières mesures. Tout le monde peut faire sa part pour contenir la quatrième vague."

Reprendre une vie sans pass sanitaire n'est pas pour tout de suite. Alors que le CST+ entre en vigueur le 20 novembre, son imposition sur les lieux de travail est dans l'air. Pourtant, cet outil pose plusieurs questions éthiques. Et il a été politiquement élaboré dans des circonstances qui posent question.

Que nous réserve pour les prochains mois ce virus qui ne cesse de nous surprendre? Malgré la vaccination, malgré le Covid safe ticket, la situation reste tendue et l'évolution de l'épidémie relativement incertaine. Radioscopie des principaux enjeux, des avancées et des zones d'ombre.

Plus d'une personne sur dix qui a les symptômes d'un rhume est testée positive au covid. Mais comment distinguer le rhume du covid ou encore de la grippe ? Voici un tableau qui devrait vous aider à y voir plus clair, bien que la seule certitude sera fournie par un test.

Le virologue Steven Van Gucht s'est dit satisfait des mesures prises mardi par le comité de concertation. "Je pense que ce sont des mesures appropriées", a déclaré M. Van Gucht sur VTM Nieuws. "Je pense qu'il y a un peu plus de soutien maintenant. Et cela aide aussi. Il est parfois préférable de faire volte-face quand c'est nécessaire."

Si la rentrée scolaire s'était accompagnée d'une augmentation logique de nouvelles infections au coronavirus, principalement auprès de la tranche d'âge des enfants de 0 à 9 ans, ces chiffres semblent pour la première fois se stabiliser, voire diminuer en ce qui concerne la Flandre, a annoncé vendredi le virologue Steven Van Gucht, lors du point presse hebdomadaire de Sciensano.

À l'heure actuelle, les médecins généralistes sont obligés de faire passer un test covid à pratiquement tous leurs patients, même s'ils savent très bien que celui-ci sera négatif. Face à cette charge de travail supplémentaire, beaucoup de généralistes se plaignent de surmenage.

Presque une personne sur dix (9,3%) qui présentent des symptômes de refroidissement ou de grippe est testée positive au Covid-19, déclare Steven Van Gucht. Le virologue de l'Institut de santé publique Sciensano appelle tout un chacun à se faire tester, même lorsque les symptômes sont bénins. Il craint "une quatrième vague à l'automne ou au début de l'hiver".