Tout sur Stella Kyriakides

Les États membres de l'Union européenne ont publié jeudi une liste de tests antigéniques rapides de dépistage du coronavirus dont les résultats vont être reconnus de manière réciproque, d'un État à l'autre, a communiqué jeudi la Commission. L'accord trouvé doit apporter davantage de clarté, pour gérer les personnes qui traversent les frontières.

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a enfoncé le clou dans la bataille des mots qui oppose l'UE et la firme pharmaceutique AstraZeneca, accusée de ne pas respecter ses engagements envers les 27 et de privilégier les livraisons au Royaume-Uni, qui utilise déjà le vaccin contre le coronavirus développé par l'entreprise avec l'université d'Oxford.

Une première réunion ce lundi après-midi entre la Commission européenne, les États membres et la firme pharmaceutique AstraZeneca n'a pas permis à cette dernière de fournir des réponses satisfaisantes sur ses retards annoncés de livraison de vaccin anti-Covid-19, a déploré la commissaire à la Santé Stella Kyriakides, qui a annoncé une nouvelle réunion en soirée.

Alors que les campagnes de vaccination contre le Covid-19 accusent des retards, l'UE a reconnu dimanche une "insuffisance mondiale" des capacités de production de vaccins, tout en se disant "prête à aider" pour les augmenter, selon la commissaire à la Santé.

"Le temps presse: la priorité de chacun devrait être de faire ce qu'il faut pour éviter les conséquences dévastatrices d'un confinement généralisé", a alerté jeudi la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, à quelques heures d'un sommet européen qui abordera à nouveau la question de la pandémie de coronavirus.

La Commission européenne a recommandé mercredi aux États membres d'accroître la couverture vaccinale de la grippe saisonnière pour réduire la pression sur les systèmes de soins de santé, parmi diverses mesures de coordination des Vingt-sept en vue d'une éventuelle deuxième vague de la pandémie de Covid-19.

Un "pilier important" de l'instrument de relance présenté mercredi par la Commission européenne, qui doit aider les 27 Etats membres à se relever de la crise du coronavirus sans que cela ne crée de déséquilibres importants entre eux, sera le nouveau programme lié à la santé, baptisé "EU4Health". Avec ses 9,4 milliards d'euros, il représente un investissement bien plus conséquent que les 413 millions initialement prévus pour un volet santé du Fonds social européen plus.

Le niveau de risque lié au nouveau coronavirus au sein de l'Union européenne est passé à "modéré à élevé", a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.