Tout sur SP.A

Ils s'ignorent et se toisent depuis des décennies, et leur incompréhension mutuelle n'est pas pour rien dans le blocage politique actuel. Retour sur presque 150 ans d'occasions manquées, plus encore quelques semaines d'incertitude.

Selon le député Jan Bertels (SP.A), un tiers des suicides concerne des plus de 65 ans. Or, déplore-t-il, ce " groupe à risques " ne bénéficie plus ni de l'aide mobile de crise ni du remboursement d'une aide psychologique.

Le député Joris Vandenbroucke (SP.A) brandit une étude néerlandaise selon laquelle un cycliste circulant coiffé d'écouteurs diffusant de la musique court dix fois plus de risque d'accident qu'un autre.

Pour la première fois depuis fin juillet, les informateurs royaux Johan Vande Lanotte (SP.A) et Didier Reynders (MR), pourrait se réunir ce mercredi en présence des présidents de sept partis jusqu'à présent en lice pour la formation d'un gouvernement. L'information n'a pas été confirmée dans l'entourage des informateurs.

Bien que l'énorme succès du Vlaams Belang et la douloureuse leçon d'humilité infligée au SP.A et à Groen soient une invitation à voir ces élections comme une victoire de la droite et une défaite de la gauche, la réalité est plus nuancée. Les élections législatives n'ont pas rompu l'équilibre entre la gauche et la droite, mais brisé celui entre les partis. Il est parfois douloureux de se réveiller après une soirée d'élection. Analyse de Walter Pauli.

Il y a dix ans, le couplage des élections fédérales et régionales était présenté comme une solution pour éviter l'instabilité politique, et était intégré à la sixième réforme de l'Etat. Deux scrutins plus tard (2014 et 2019), presque tout le monde en est revenu. De nouvelles élections législatives pourraient à nouveau dissocier les calendriers des Régions et de l'Etat fédéral.

Les réactions à la naissance de la Suédoise en Flandre montrent, une nouvelle fois, qu'au sud du pays, on n'a rien compris ni appris du passé. Ou que l'on n'ose pas assumer ses propres choix.

Quelle que soit l'issue de la très longue préformation flamande de Bart De Wever, depuis les élections du 26 mai, une chose est plus claire que jamais : les partis politiques visent, avant tout, le pouvoir. Qu'il s'agisse de partis classiques ou de soi-disant partis de protestation: pour tout le monde, " être là " n'est peut-être pas la seule chose qui compte, mais c'est la première.

Une majorité des mandataires sp.a a accordé mercredi soir le mandat à leur président de parti John Crombez de mener des discussions de fond avec le formateur flamand Bart De Wever (N-VA), a-t-on appris auprès de plusieurs personnes présentes.

Comme chaque jour ou presque, vous ouvrez votre boîte aux lettres. Entre la pub et les factures, un courrier typographié. Son contenu vous signale que vous n'êtes plus le bienvenu dans votre ville, que vos voisins ne veulent plus de vous, "ni de vos enfants mal élevés", car vous êtes de "sales marginaux profiteurs", des "demi-bêtes sans valeur".

Wies Descheemaeker, un responsable du syndicat socialiste au sein de la VRT, la chaîne publique flamande, dénonce dimanche la présence du président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, dans une émission diffusée sur Ketnet, la chaîne pour la jeunesse de la VRT. Selon le syndicaliste, une nouvelle limite a été franchie et "l'extrême-droite n'est plus seulement normalisée mais également rendue chouette et sympa pour les enfants".

La députée Annick Lambrecht (SP.A) dénonce le fait que la SNCB réclame à un voyageur "souffrant de problèmes psychiques" une amende de 30 000 euros pour cause de resquille. Elle accuse l'entreprise publique de participer ainsi au "business de la dette".

Bien que mise en service au début des années 1990, la prison de Bruges présente des "situations moyenâgeuses", selon la députée Annick Lambrecht (SP.A, photo), qui cite la CSC Services publics selon laquelle 86 réparations urgentes sont nécessaires.