Tout sur Sotchi

L'accord russo-turc conclu mardi soir à Sotchi sur un contrôle de la frontière syrienne et un retrait turc constitue une tentative pour parvenir à la fin du cycle actuel de violences, a reconnu mercredi l'Union européenne, par la voix de la présidence finlandaise du Conseil. Les députés, quant à eux, ont adopté un ton bien plus critique.

Les enquêteurs russes cherchent à déterminer la cause du crash, près de Moscou, d'un avion de ligne qui a coûté la vie à ses 71 occupants, examinant toutes les hypothèses --conditions climatiques, facteur humain ou problème technique--, mais sans mentionner la piste terroriste.

Les athlètes russes qui ont récolté le plus de médailles lors des récents Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi auraient eu recours à un gaz, le Xenon, pour améliorer leurs performances.

Le groupe contestataire russe Pussy Riot a diffusé un clip vidéo tourné dans le centre de Sotchi, ville qui accueille les Jeux Olympiques, fustigeant le président Vladimir Poutine et les violations des droits de l'homme en Russie.

L'Ukrainien qui a tenté de détourner un avion sur Sotchi lors de la cérémonie d'ouverture des JO d'hiver, vendredi soir, semblait "perturbé" et a dit vouloir "sauver" le président Viktor Ianoukovitch qui serait selon lui l'"otage" de son homologue russe Vladimir Poutine, a indiqué samedi un responsable régional de Kharkiv qui le connaissait.

Selon les projections actuelles, la population bruxelloise s'élèvera à 1,270 million d'habitants en 2020, pour 1,155 million aujourd'hui. Ville multiethnique, la capitale a une population étrangère qui dépasse le seuil des 33 %.

Une station olympique sortie de nulle part par la magie d'un oligarque russe, faits étranges et couacs retentissants ont émaillé la préparation de ces Jeux. La preuve que le comité olympique n'a pas choisi la facilité en optant pour cette petite ville du bord de la mer Noire.

Sotchi, ses Jeux, son paysage, ses athlètes. Ça, c'est pour le côté pile. Côté face, il y a les menaces, les polémiques, les railleries et le gigantisme. Depuis son arrivée au pouvoir, Vladimir Poutine s'efforce de rendre à la Russie son lustre d'antan. Les JO 2014 ou la Coupe du Monde 2018 doivent être des vitrines pour le pays. Mais dans un contexte géopolitique tendu, les détracteurs tirent à tout va.