Tout sur Sophie Wilmès

Pourquoi a-t-on attendu le lundi 27 juillet pour prendre des mesures déjà vivement préconisées le jeudi 23 ? La confiance entre ministres et experts s'est effilochée. Rumeurs, cris et larmes de dépit. Un couvre-feu s'est imposé pour rassembler les opinions divergentes.

Face à la résurgence de l'épidémie, le gouvernement s'est aligné sur les recommandations des experts. Des décisions fortes mais nécessaires ont été prises. Le confinement social est de retour. Il va falloir s'armer de courage et de patience.

"Nous sommes très préoccupés", "nous agissons pour garder la situation sous contrôle", "notre objectif est d'éviter un reconfinement généralisé et d'éviter de perturber la rentrée de septembre": la Première ministre Sophie Wilmès a justifié lundi après-midi, à l'issue d'un nouveau Conseil national de sécurité, une série de nouvelles mesures qui entreront en vigueur dès mercredi, pour tenter de vaincre la reprise de la pandémie de Covid-19 dans notre pays.

Au vu de l'évolution inquiétante de la situation épidémiologique en Belgique, il faut absolument éviter les affluences en certains lieux, et il a donc été décidé de remettre à plus tard la mesure d'octroi de trajets en train gratuits à la population, a indiqué lundi la Première ministre Sophie Wilmès à l'issue d'un nouveau Conseil national de sécurité.

Quatre jours seulement après le dernier Conseil national de Sécurité, les autorités se sont une nouvelle fois réunies autour de la table afin de discuter de l'évolution de l'épidémie de coronavirus en Belgique. Ce Conseil national de sécurité, initialement prévu vendredi prochain, a été avancé de quelques jours. Voici les nouvelles mesures annoncées par Sophie Wilmès.

À l'heure où le Conseil national de sécurité se réunit pour tenter d'endiguer la seconde vague de coronavirus, le professeur en psychologue Maarten Vansteenkiste (Université de Gand) ne cache pas son inquiétude. "J'ai peur que la motivation des gens baisse encore au cours des prochaines semaines".

Un nouveau Conseil national de sécurité se tient ce lundi à 9h, quatre jours seulement après le dernier en date. De toutes parts, on s'attend à ce que les autorités décident de restreindre la "bulle" sociale des contacts autorisés. Mais d'autres points seront aussi abordés. On devrait entre autres voir du changement dans les magasins.

Comment la Belgique en est-elle arrivée à ce qu'elle est aujourd'hui ? Qui a fait quoi, quand, où et comment pour nous y mener ? En voici le récit. Sous forme de lexique. De A à Z. Et en toute décontraction. Décomplexé, au fond.

Les Maisons de Repos et apparentées, publiques, comme privées de Wallonie et de Bruxelles, ainsi que les institutions de soins, ont adressé un courrier à la Première ministre Sophie Wilmès, demandant un renforcement des tests PCR au sein de ces établissements hébergeant des personnes âgées, notamment pour tout nouveau membre du personnel, y compris au titre de stagiaire.

Il a répété que la recrudescence de l'épidémie de coronavirus s'illustre, à ce stade, par plusieurs problèmes particulièrement localisés et non une dispersion généralisée. Il s'agit donc de foyers épidémiologiques circonscrits, liés à des événements et/ou des cercles sociaux particuliers.

Le Comité de concertation qui s'est réuni dimanche matin à l'initiative de la Première ministre Sophie Wilmès a décidé de maintenir la prochaine réunion du Conseil national de Sécurité à jeudi, ont fait savoir les autorités dans un communiqué.

Les participants au Comité de concertation sont arrivés au Palais d'Egmont, a constaté Belga dimanche peu avant 10h00. Le comité discutera des causes de l'évolution des infections par le Covid-19 dans chaque partie du pays.

Alors qu'il avait semblé s'en prendre à la Belgique à son arrivée au sommet européen vendredi, en critiquant les pays qui "excluaient" le Luxembourg via leurs avis de voyage mettant en garde contre le coronavirus, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a été vu ce samedi mangeant une frite dans le quartier européen avec la Première ministre belge Sophie Wilmès, au cours d'une pause dans ce sommet-marathon.