Tout sur Sophie Wilmès

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, a insisté dimanche sur le respect des règles en vigueur pour lutter contre l'épidémie de covid-19 à la suite des rassemblements nocturnes constatés à Ixelles et à Anderlecht.

Le Vlaams Belang reste en Flandre le premier parti en termes d'intentions de vote, à 27,7%, soit un très léger recul par rapport à mars dernier (-0,3%), indiquent les résultats du Grand baromètre Le Soir-RTL-TVI-Ipsos-Het Laatste Nieuws-VTM publiés vendredi soir, qui font aussi émerger la Première ministre Sophie Wilmès (MR) comme personnalité politique la plus populaire en Belgique francophone.

La Première ministre a entrouvert la porte: une perspective pourrait être donnée pour les événements situés entre ceux de 200 personnes, autorisés à partir du 1er juillet, et les grands rassemblements qui restent interdits jusqu'au 31 août. On travaille à un protocole de sécurité.

C'était une semaine folle, qui a fini par une proposition folle: Paul Magnette espère installer un gouvernement fédéral minoritaire, associant socialistes, démocrates-chrétiens et libéraux, au moins jusqu'à septembre, et sans doute au-delà. "Trop tôt", a dit Sophie Wilmès... Récit de sept jours de troc.

Le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, ne dit pas clairement "non" à une alliance du PS avec la N-VA au niveau fédéral, mais a fortement critiqué dimanche en télévision l'attitude des nationalistes flamands dans le cadre du "superkern" et mis en doute la possibilité de travailler de manière responsable et constructive avec eux.

La crise du coronavirus a montré la force du personnel soignant et des hôpitaux, et la grande qualité des soins qu'ils fournissent. Mais la transformation rapide des hôpitaux pour accueillir les patients atteints du Covid-19, et la concentration de tous leurs efforts sur la priorité de sauver des vies, les laissent aujourd'hui face à un gouffre financier pouvant atteindre sept milliards.

"La situation sanitaire n'impose pas de devoir renouveler les pouvoirs spéciaux", a indiqué Georges-Louis Bouchez (MR), vendredi à l'entrée du kern élargi qui se tient depuis 16h00 au Lambermont à Bruxelles. "Je peux déjà vous annoncer qu'on ne va pas les redemander", a clairement annoncé le président du parti de la Première ministre Sophie Wilmès.