Tout sur solitude

La deuxième vague de coronavirus pèse sur le bonheur des Belges, ressort-il samedi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Alors que différents facteurs liés au bien-être tels que la joie de vivre, la tranquillité d'esprit et le sentiment d'autonomie ont diminué par rapport à la première vague, la solitude et la dépression connaissent une hausse significative.

Pour beaucoup, la solitude guette durant les mois d'hiver. Cette année encore plus que d'autres. Mais des voix s'élèvent: " Ne vous imposez pas de règles plus strictes que le prescrivent les mesures corona. "

"La solitude tue", annonçait récemment une étude danoise : santé mentale fragilisée, problèmes cardio-vasculaires, diminution de l'immunité, mortalité précoce : face au fléau de l'isolement social, l'université de Chicago peaufine une pilule à base d'alloprégnanolone, une hormone anxiolytique, naturellement présente dans le cerveau humain.

À l'approche des fêtes de fin d'année, notre consoeur de Knack Ann Peuteman se sent toujours un peu nostalgique. Durant son enfance, tout était tellement plus chaleureux. Ou n'est-ce qu'une impression ? "Autrefois, c'était simple d'inviter quelqu'un d'esseulé", écrit-elle. "Aujourd'hui, il est plus difficile de détecter la solitude et de lutter contre elle."