Tout sur Soleil

Ce jeudi, nous pourrons observer une éclipse partielle de Soleil. C'est à 12h19 que le soleil sera le plus assombri par l'astre lunaire, un quart de sa surface environ sera cachée. Un phénomène qui fascine l'homme depuis des millénaires et qui est à l'origine de nombreuses croyances.

Beaucoup de gens se sont adonnés à la marche, au jogging ou au cyclisme pendant le confinement. Le printemps ravive cette ardeur. Toutefois, trop de sportifs négligent les effets du soleil, encore plus nocif à la fin de l'hiver, sur nos peaux blanches.

Plusieurs études montrent que la transmission des particules de covid à l'extérieur, bien que possible, reste rare. En Belgique, les autorités adoptent même des mesures d'assouplissement progressif qui privilégient les rencontres extérieures, une réouverture des terrasses et des activités organisées en plein air... Mais que sait-on de la virulence du covid à l'extérieur ? Tour de la question.

Notre Soleil a entamé un nouveau cycle de 25 ans, ont déclaré mercredi des scientifiques. Ils prédisent une période plus intense en apparition de taches solaires et en éruptions.

L'été ne débute pas le 21 juin cette année, mais le 20 juin à 23h43. Cette heure correspond au moment où le Soleil atteint le point le plus septentrional de son orbite annuelle. Jamais l'été n'avait débuté si tôt depuis 1896.

Deux CubeSats (satellites composés de cubes) belges, dénommés Picasso et Simba, devraient être lancés dimanche sur le vol européen inaugural Vega SSMS (Small Spacecraft Mission Service), a annoncé l'Institut royal météorologique (IRM). Le lancement était prévu vendredi très tôt dans la matinée mais il a dû être reporté en raison des mauvaises conditions de vent. Picasso mesurera l'ozone stratosphérique, tandis que Simba analysera le bilan radiatif de la Terre.

"Seulement" 1.000 années-lumière nous en séparent: des astronomes de l'Observatoire européen austral (ESO) ont découvert un nouveau trou noir, le plus proche de la Terre jamais détecté, situé dans un système stellaire visible à l'oeil nu, selon une étude publiée mercredi.

La sonde euro-américaine Solar Orbiter a décollé dans la nuit de dimanche à lundi de Floride vers le Soleil, dont elle étudiera pendant la prochaine décennie ces tempêtes chargées de particules qui peuvent provoquer des pannes sur Terre.

La Lune disparaîtra partiellement vendredi soir, tapie dans l'ombre de la Terre. D'après le site Meteovista, les conditions météorologiques devraient être plutôt favorables à l'observation de cette éclipse partielle.