Tout sur Soins Intensifs

Un nombre non spécifié de personnes continuent à présenter des plaintes trois mois après une infection à coronavirus légère, modérée ou sévère. Il est question principalement de problèmes de fatigue, d'essoufflement et de maux de tête.

La "surcharge" des soins intensifs - soit le dépassement du nombre de lits de soins intensifs (SI) attribués aux patients Covid-19 - est associée à une mortalité plus élevée parmi ces malades en Belgique, a révélé Sciensano lundi à travers une étude menée auprès de 1.747 patients hospitalisés en Belgique entre mars et août 2020.

Kevin, infirmier aux urgences du CHU de Liège depuis 12 ans, est au front depuis huit mois pour soigner les patients covid. Il a accepté de nous faire part de ses impressions. "Que ce soit le personnel ou l'infrastructure, tout est à bout. On court derrière un problème, on n'est pas en train de l'attendre." Entretien.

Les phases 2A et 2B du plan d'urgence hospitalier doivent permettre d'ouvrir de nouvelles places en soins intensifs, a souligné dimanche le cabinet du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, interrogé à la suite de chiffres donnés par le président de l'Absym Philippe Devos.

Il restait dimanche matin 106 places en soins intensifs en Belgique sur les quelque 2.000 disponibles, a affirmé le docteur Philippe Devos, président de l'Association belge des Syndicats médicaux (Absym), sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi).

Cette semaine est cruciale : les hôpitaux sont débordés, les absences dans le personnel soignant se multiplient, alors que les établissements devront passer en phase 2A au plus tard la semaine prochaine. Le système hospitalier va-t-il tenir le coup ?

Le nombre moyen de nouvelles infections au coronavirus s'élevait à 2.309 par jour entre le 26 septembre et le 2 octobre, soit une augmentation de 48% par rapport à la période de sept jours précédente, selon les chiffres provisoires de la dernière mise à jour, mardi, du tableau de bord de l'Institut de santé publique Sciensano.