Tout sur Singapour

Aujourd'hui se tiendra l'action mondiale de nettoyage des rivières, une initiative de l'organisation River Cleanup. En raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, les opérations de nettoyage devront cependant avoir lieu à petite échelle.

La grippe revient chaque année et disparaît les beaux jours venus. Le coronavirus se comportera-t-il de la même manière, ou doit-on s'attendre à une deuxième épidémie à l'automne, et à d'autres périodes de confinement ? Éléments de réponse.

Le Groupe d'experts en charge du déconfinement (GEES) consécutif à l'épidémie de coronavirus travaille déjà à un plan de reconfinement, confie samedi sa présidente Erika Vlieghe dans les colonnes du Soir. Elle espère toutefois qu'il ne devra pas servir.

Quatre milliards de personnes sont confinées contre l'épidémie. Mais la vie suit un cours relativement normal à Taïwan, en Corée du Sud où à Hong Kong, trois des premiers territoires touchés, et ce grâce à des mesures énergiques prises très tôt pour désamorcer la crise.

La Commission européenne suit de près les lois sur l'état d'urgence adoptées dans tous les États membres pour répondre à la crise du coronavirus, a affirmé le commissaire à la Justice Didier Reynders, alors que des eurodéputés dénonçaient des mesures en Hongrie mais aussi dans d'autres États membres, dont la Belgique.

"Testez, testez, testez", martèle l'OMS pour combattre le coronavirus. Mais tester qui et pourquoi? Efficace dans un pays-modèle comme la Corée du Sud, la stratégie de dépistage massif ne peut pas s'appliquer partout de la même manière en l'état actuel des choses, soulignent des experts.

Depuis des semaines, à travers toute l'Asie, les autorités ont intensifié leurs efforts pour ralentir le coronavirus. Mais une seconde vague de contaminations est enregistrée dans des régions qui pensaient l'épidémie sous contrôle.

Deux chirurgiens de l'hôpital Saint-Pierre, en première ligne de la lutte contre le coronavirus depuis le début de l'épidémie, ont lancé un appel urgent au dépistage systématique du virus auprès des patients et du personnel soignant. La chef de groupe CDH à la Chambre, Catherine Fonck, elle-même médecin, leur a emboîté le pas.

Un texte véhiculé sur internet avance que pour se protéger du coronavirus, il est conseillé de boire des boissons chaudes, ou encore, de faire des gargarismes de solution désinfectante. Des conseils pratiques simples tentants et rassurants mais qui n'ont aucun effet sur le nouveau virus.

Un malade capable de contaminer des dizaines voire des centaines de personnes ? Discuté, le concept de "super-contaminateur" de virus reste en partie une énigme pour les médecins, tant les différents facteurs de transmission sont difficiles à démêler.